Abdelkader Belliraj est stupéfait par l'accusation, mais prêt à être extradé pour répondre à un interrogatoire, affirme Me Lahlali. Selon l'hypothèse, les Tueurs étaient une cellule de l'organisation terroriste palestinienne Abu Nidal responsable de centaines de morts dans les années 80. Abdelkader Belliraj en aurait été le leader et Ali Aarras le fameux "géant".

Arrêté en 2008 au Maroc, Belliraj a avoué six assassinats politiques commis en Belgique dans les années 80 et 90, avant d'affirmer que ses déclarations avaient été obtenues sous la torture. L'avocat de sa famille estime que la piste évoquée n'a aucun sens. "Il n'a jamais été interrogé à ce sujet. En outre, le parquet fédéral a requis l'absence de charges concernant les six assassinats en 2015, mais le jugement se fait attendre", rappelle Me Lahlali, qui signale qu'Ali Aarras - également détenu au Maroc pour terrorisme et qui affirme aussi que ses "aveux lui ont été soutirés sous la torture - ne fait qu'environ 1m75.

Pour l'avocat, le haut fonctionnaire "croit visiblement aux scénarios hollywoodiens de série B". Le parquet fédéral a lui-même reconnu que l'hypothèse avait été étudiée et qu'elle "n'était pas la plus prometteuse du dossier" des Tueurs du Brabant, dans l'impasse depuis plus de 30 ans.

Abdelkader Belliraj est stupéfait par l'accusation, mais prêt à être extradé pour répondre à un interrogatoire, affirme Me Lahlali. Selon l'hypothèse, les Tueurs étaient une cellule de l'organisation terroriste palestinienne Abu Nidal responsable de centaines de morts dans les années 80. Abdelkader Belliraj en aurait été le leader et Ali Aarras le fameux "géant". Arrêté en 2008 au Maroc, Belliraj a avoué six assassinats politiques commis en Belgique dans les années 80 et 90, avant d'affirmer que ses déclarations avaient été obtenues sous la torture. L'avocat de sa famille estime que la piste évoquée n'a aucun sens. "Il n'a jamais été interrogé à ce sujet. En outre, le parquet fédéral a requis l'absence de charges concernant les six assassinats en 2015, mais le jugement se fait attendre", rappelle Me Lahlali, qui signale qu'Ali Aarras - également détenu au Maroc pour terrorisme et qui affirme aussi que ses "aveux lui ont été soutirés sous la torture - ne fait qu'environ 1m75. Pour l'avocat, le haut fonctionnaire "croit visiblement aux scénarios hollywoodiens de série B". Le parquet fédéral a lui-même reconnu que l'hypothèse avait été étudiée et qu'elle "n'était pas la plus prometteuse du dossier" des Tueurs du Brabant, dans l'impasse depuis plus de 30 ans.