Selon l'Office des étrangers, trois personnes impliquées dans l'incident vont être transférées vers un autre centre fermé.

Les troubles ont débuté en fin de matinée, vendredi, après qu'un certain nombre de "résidents" ont reçu la nouvelle, jeudi soir, qu'ils ne pourraient être libérés et devaient rester encore enfermés. "L'un d'eux s'est fâché et a entraîné les autres (avec lui)", explique Filip Van Steenbergen, porte-parole de la police locale. "Ils ont causé un certain nombre de dégâts. Nous nous sommes rendus sur place pour aider le service de sécurité de l'Office des étrangers et, grâce à la concertation, nous avons réussi à apaiser la situation." Dominique Ernould, porte-parole de l'Office des étrangers, indique que trois personnes à l'origine de ces troubles ont été identifiées et vont être transférées dans un autre centre.

Selon l'Office des étrangers, trois personnes impliquées dans l'incident vont être transférées vers un autre centre fermé.Les troubles ont débuté en fin de matinée, vendredi, après qu'un certain nombre de "résidents" ont reçu la nouvelle, jeudi soir, qu'ils ne pourraient être libérés et devaient rester encore enfermés. "L'un d'eux s'est fâché et a entraîné les autres (avec lui)", explique Filip Van Steenbergen, porte-parole de la police locale. "Ils ont causé un certain nombre de dégâts. Nous nous sommes rendus sur place pour aider le service de sécurité de l'Office des étrangers et, grâce à la concertation, nous avons réussi à apaiser la situation." Dominique Ernould, porte-parole de l'Office des étrangers, indique que trois personnes à l'origine de ces troubles ont été identifiées et vont être transférées dans un autre centre.