"Nous allons tout d'abord répondre aux 2 fois 10 propositions qu'Ecolo nous a soumises et essayer de dégager un calendrier de travail. Puis, conformément à la demande d'Ecolo, nous allons tenter de travailler, ensemble, à un coeur de programme à proposer, quand la note sera rédigée, à l'ensemble des députés wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles", a-t-il précisé.

"Au stade actuel, nous allons essayer de nous engager à rédiger un programme partagé avec Ecolo. Pour le reste, il faudra se donner le temps et patienter", a résumé Elio Di Rupo.

"Deux formations - le cdH et le PTB - se sont retirées du jeu. Nous continuons donc avec ceux avec lesquels nous avons des convergences fortes. Et c'est Ecolo", a de son côté assuré Paul Magnette. "La situation est très compliquée mais nous sommes très créatifs", l'essentiel restant toutefois "de trouver des convergences de fond", a-t-il poursuivi en assurant par ailleurs "qu'il n'y a pas de cordon sanitaire autour du MR". "Le seul cordon sanitaire du PS, c'est contre l'extrême droite", a rappelé le bourgmestre de Charleroi.

Il n'en reste pas moins que pour l'instant, le MR semble bel et bien sur la touche en Wallonie, redonnant des couleurs à la piste d'un gouvernement minoritaire PS-Ecolo soutenu de l'extérieur par des parlementaires d'autres partis, évoquée la semaine dernière par le bourgmestre de Charleroi.

"Nous n'en sommes pas là. Nous ne sommes même pas entrés dans la phase de négociations. Pour l'instant, le parti qui a la main reçoit qui bon lui semble", a pour sa part réagi le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet, sans un mot sur la coalition coquelicot - ce gouvernement minoritaire ouvert à la société civile et soutenu par des parlementaires d'autres partis - défendue en début de semaine par les écologistes.

"La réunion de ce mercredi doit seulement nous permettre de recevoir le retour du PS sur nos propositions basculantes et de voir sur quels points nous pouvons être d'accord. Il n'est absolument pas question de cartel", a-t-il encore affirmé en concédant toutefois que la priorité reste de voir "comment trouver des options qui recueillent la majorité au parlement".

Outre les négociateurs habituels - Elio Di Rupo et Paul Magnette pour le PS; Jean-Marc-Nollet et Stéphane Hazée pour Ecolo - Laurette Onkelinx (PS) et Barbara Trachte (Ecolo), ont également fait le déplacement à Namur pour y représenter la Fédération Wallonie-Bruxelles.