Quelque 95% des affaires ont été résolues et 777 dossiers sont encore en cours. Parmi ces disparitions, 13.890 personnes ont été retrouvées vivantes et 1.843 décédées, dont 65% s'étaient suicidées.

La Cellule des personnes disparues de la police fédérale fêtera samedi ses 15 ans d'existence. Celle-ci avait été créée à l'initiative du ministre de la Justice Stefaan De Clerck après les disparitions de Julie et Mélissa et d'An et Eefje.

Les trois missions de base de la cellule sont la coordination de toutes les recherches tant au niveau policier que non policier, l'apport d'un appui aux services de police qui mènent l'enquête, et l'acquisition et la mise à disposition d'une expérience en matière du phénomène et de son approche. Elle est actuellement composée de 15 membres, âgés de 24 à 57 ans.

A l'occasion de cet anniversaire, un livre intitulé "Ne jamais dire jamais" a été édité. Ce livre retrace de nombreux cas de disparitions traités par la Cellule durant ses quinze années d'existence. L'ouvrage a été écrit par le commissaire Alain Remue, responsable de la Cellule, et Wim De Bock.

Le Vif.be, avec Belga

Quelque 95% des affaires ont été résolues et 777 dossiers sont encore en cours. Parmi ces disparitions, 13.890 personnes ont été retrouvées vivantes et 1.843 décédées, dont 65% s'étaient suicidées. La Cellule des personnes disparues de la police fédérale fêtera samedi ses 15 ans d'existence. Celle-ci avait été créée à l'initiative du ministre de la Justice Stefaan De Clerck après les disparitions de Julie et Mélissa et d'An et Eefje. Les trois missions de base de la cellule sont la coordination de toutes les recherches tant au niveau policier que non policier, l'apport d'un appui aux services de police qui mènent l'enquête, et l'acquisition et la mise à disposition d'une expérience en matière du phénomène et de son approche. Elle est actuellement composée de 15 membres, âgés de 24 à 57 ans. A l'occasion de cet anniversaire, un livre intitulé "Ne jamais dire jamais" a été édité. Ce livre retrace de nombreux cas de disparitions traités par la Cellule durant ses quinze années d'existence. L'ouvrage a été écrit par le commissaire Alain Remue, responsable de la Cellule, et Wim De Bock. Le Vif.be, avec Belga