Avec la seconde vague de covid-19, le télétravail à domicile s'est imposé comme une obligation légale dans toutes les entreprises, associations et services et pour tous les membres du personnel, sauf si c'est impossible en raison de la nature de la fonction, de la continuité de la gestion de l'entreprise, de ses activités ou de ses services.

Or, "les retours sur les lieux de travail, sans être devenus la norme, semblent s'être intensifiés", constate le ministre PS dans un communiqué.

Des contrôles éclairs seront donc menés tout au long du mois de janvier, avertit-il. Le SIRS (Service d'Information et de Recherche sociale, organe qui lance les stratégies dans la lutte contre la fraude sociale) orientera des actions que les cellules d'arrondissement mèneront au niveau local.

"Ces contrôles gardent une visée préventive, mais rien n'empêche nos inspecteurs de prendre des mesures répressives d'urgence en cas de violation flagrante des règles édictées", fait observer le ministre.

Avec la seconde vague de covid-19, le télétravail à domicile s'est imposé comme une obligation légale dans toutes les entreprises, associations et services et pour tous les membres du personnel, sauf si c'est impossible en raison de la nature de la fonction, de la continuité de la gestion de l'entreprise, de ses activités ou de ses services. Or, "les retours sur les lieux de travail, sans être devenus la norme, semblent s'être intensifiés", constate le ministre PS dans un communiqué. Des contrôles éclairs seront donc menés tout au long du mois de janvier, avertit-il. Le SIRS (Service d'Information et de Recherche sociale, organe qui lance les stratégies dans la lutte contre la fraude sociale) orientera des actions que les cellules d'arrondissement mèneront au niveau local. "Ces contrôles gardent une visée préventive, mais rien n'empêche nos inspecteurs de prendre des mesures répressives d'urgence en cas de violation flagrante des règles édictées", fait observer le ministre.