Ces routes aériennes sont pourtant connues de longue date (Le Vif/L'Express en a donné le détail dès le 18 octobre dernier) et sont issues des accords fédéraux de décembre 2008 et février 2010. Jusqu'ici, Melchior Wathelet, le secrétaire d'Etat CDH à la Mobilité responsable de la mise en oeuvre du plan, subissait surtout la pression des partis flamands. Cette fois, l'affrontement est bruxello-bruxellois.

En cause : une partie des avions qui décollaient de la piste 25R et viraient à gauche vers Evere, les deux Woluwe et Wezembeek-Oppem, virent désormais plus large, vers l'autoroute des Ardennes. Cette déconcentration des décollages soulage un peu l'Est et le Sud-Est de Bruxelles mais fait des mécontents à Boitsfort et Auderghem. En intercabinet, le MR avait approuvé les nouvelles routes, dont Charles Michel réclame à présent la suppression. Wathelet, lui, se défend mollement et semble regretter d'avoir à gérer un dossier aussi "difficile".

Ces routes aériennes sont pourtant connues de longue date (Le Vif/L'Express en a donné le détail dès le 18 octobre dernier) et sont issues des accords fédéraux de décembre 2008 et février 2010. Jusqu'ici, Melchior Wathelet, le secrétaire d'Etat CDH à la Mobilité responsable de la mise en oeuvre du plan, subissait surtout la pression des partis flamands. Cette fois, l'affrontement est bruxello-bruxellois. En cause : une partie des avions qui décollaient de la piste 25R et viraient à gauche vers Evere, les deux Woluwe et Wezembeek-Oppem, virent désormais plus large, vers l'autoroute des Ardennes. Cette déconcentration des décollages soulage un peu l'Est et le Sud-Est de Bruxelles mais fait des mécontents à Boitsfort et Auderghem. En intercabinet, le MR avait approuvé les nouvelles routes, dont Charles Michel réclame à présent la suppression. Wathelet, lui, se défend mollement et semble regretter d'avoir à gérer un dossier aussi "difficile".