Le couvre-feu sera levé au niveau national dans la nuit du vendredi (7 mai) à samedi (8 mai). Plus précisément à minuit. A Bruxelles, cela a une conséquence particulière, pour ne pas dire surréaliste. Les Bruxellois devront rester chez eux de 22h à minuit. Après minuit chacun sera libre, s'il ne forme pas un groupe de plus de trois, de se promener à nouveau librement. Si cela peut paraître ubuesque, l'information est confirmée par le cabinet Vervoort. Il ne faut y voir rien d'autre qu'"une application à la lettre des arrêtés", précise la porte-parole Nancy Ngoma.

Une décision "incompréhensible" pour le député bruxellois Gilles Verstraeten (N-VA). "C'est une nouvelle blague belge, et même pas une bonne" s'est-il exclamé ce jeudi sur les ondes de la VRT.

Pour les autres régions, cela ne change rien puisque le couvre-feu n'était de mise qu'à partir de minuit. Eux pourront donc sortir toute la nuit s'ils en ont envie.

Le couvre-feu sera levé au niveau national dans la nuit du vendredi (7 mai) à samedi (8 mai). Plus précisément à minuit. A Bruxelles, cela a une conséquence particulière, pour ne pas dire surréaliste. Les Bruxellois devront rester chez eux de 22h à minuit. Après minuit chacun sera libre, s'il ne forme pas un groupe de plus de trois, de se promener à nouveau librement. Si cela peut paraître ubuesque, l'information est confirmée par le cabinet Vervoort. Il ne faut y voir rien d'autre qu'"une application à la lettre des arrêtés", précise la porte-parole Nancy Ngoma. Une décision "incompréhensible" pour le député bruxellois Gilles Verstraeten (N-VA). "C'est une nouvelle blague belge, et même pas une bonne" s'est-il exclamé ce jeudi sur les ondes de la VRT. Pour les autres régions, cela ne change rien puisque le couvre-feu n'était de mise qu'à partir de minuit. Eux pourront donc sortir toute la nuit s'ils en ont envie.