En mars dernier, la direction de la STIB avait décidé, en concertation avec les syndicats, de refuser le paiement en cash aux voyageurs de son réseau. La vente à bord avait aussi été supprimée et aucun contact avec les conducteurs n'était plus possible. Aujourd'hui, la situation n'a pas changé.
...

En mars dernier, la direction de la STIB avait décidé, en concertation avec les syndicats, de refuser le paiement en cash aux voyageurs de son réseau. La vente à bord avait aussi été supprimée et aucun contact avec les conducteurs n'était plus possible. Aujourd'hui, la situation n'a pas changé. Si juridiquement, une entreprise peut décider unilatéralement de refuser le paiement en cash dans certaines circonstances, et en l'annonçant clairement, à l'avance à ses clients (il est bien mentionné cette mesure sur le site de la STIB), cette situation pose toutefois des soucis aux personnes qui ne possèdent ni carte bancaire, ni smartphone pour réaliser leur achat.Il est bien possible d'acheter des titres de transport aux machines de la STIB en station ou aux arrêts (plus de 400) avec du cash mais le montant doit être inférieur à 40 euros. Cela n'est donc pas possible pour des abonnements mensuels dont la valeur dépasse ce montant. Depuis mars, une solidarité entre voyageurs s'est mise en place, certains d'entre eux proposent ainsi aux personnes sans carte bancaire de payer leur titre de transport contre du cash. Dans certains kiosques de vente en station, les vendeurs utilisent parfois eux-mêmes leur propre carte bancaire pour faire l'opération. Un système D temporaire qui n'est toutefois pas généralisé. Une problématique dont est bien consciente la STIB en cette période particulière. La volonté, face aux difficultés rencontrées par les usagers qui ne possèdent pas de moyen de paiement électronique, est bien de réintroduire rapidement la possibilité de payer en monnaie des titres de transport (au-delà de 40 euros, comme des abonnements mensuels)."Nous sommes bien conscients du problème rencontré par les personnes qui ne possèdent pas de carte bancaire. Nous sommes en pourparlers avec les syndicats pour réintroduire rapidement la possibilité de payer en cash mais la situation sanitaire ne le permet pas encore. Cela sera peut-être possible en mars-avril, sans certitude", nous explique Françoise Ledune, porte-parole de la STIB. Concernant la vente à bord qui a, elle aussi été supprimée suite à la peur de la transmission du virus via l'argent échangé ou la proximité physique avec les voyageurs, il n'y a pas de discussions pour un changement à court terme vu la situation sanitaire actuelle peu optimiste. "Nous aimerions aussi pouvoir réintroduire la vente à bord, même si celle-ci est découragée car elle occasionne du retard sur nos lignes. Elle est d'ailleurs majorée pour que le voyageur se procure son titre de transport avant de monter à bord ", explique Françoise Ledune.