Trois mois après le lancement de l'opération mani pulite à Liège, l'atmosphère reste "nauséabonde et toxique", selon un acteur liégeois . Ni la justice qui avance à son rythme, ni l'évolution des rapports de force politiques dans et entre les partis, ni les arbitrages économiques toujours pendants ne permettent d'affirmer que la page est tournée.
...

Trois mois après le lancement de l'opération mani pulite à Liège, l'atmosphère reste "nauséabonde et toxique", selon un acteur liégeois . Ni la justice qui avance à son rythme, ni l'évolution des rapports de force politiques dans et entre les partis, ni les arbitrages économiques toujours pendants ne permettent d'affirmer que la page est tournée. Le départ anticipé du procureur général de Liège, Christian De Valkeneer, ouvre un sous-chapitre dans cette saga. Son intérim est assuré par le premier avocat général Pierre Vanderheyden. Ce dernier, ainsi que Vincent Macq, procureur du Roi de Namur, et Charles-Eric Clesse, auditeur du travail du Hainaut, sont candidats à sa succession. Soit un laïque contre deux produits de l'UCLouvain. Verdict le 7 mai. Entre-temps, sur le plan judiciaire, les enquêtes se poursuivent "de façon normale mais dans la discrétion", indique l'avocat d'un inculpé. Les enquêteurs de l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC) cherchent toujours à élucider les conditions de la vente avortée de Voo, Elicio et Win, ainsi que l'octroi, en 2018, de rémunérations versées à des dirigeants de la galaxie Nethys. L'objectif du juge d'instruction Frédéric Frenay est de communiquer au parquet certains volets de cette imposante enquête vers la fin juin. Du côté de l'intercommunale Enodia, maison mère de Nethys et donc de Voo, cela bouge aussi: le rachat de la totalité des parts du distributeur bruxello-carolorégien Brutélé permet la vente de Voo qui, à bonne source, sera lancée à la mi-mai. Sur quelle base? 51% ou 74,9%? "La guerre des clans PS qui se déroule au CA d'Enodia et chez Resa n'aide pas à y voir plus clair", observe le témoin de cette ambiance "nauséabonde et toxique". Une relève prometteuse, quoique timide, se met toutefois en place dans les partis et l'économie liégeoise. Le Vif a mené l'enquête.