Première femme à la tête de la SNCB, Sophie Dutordoir a émergé d'une "short list" dressée par un chasseur de têtes. Sa nomination a été confirmée en décembre dernier par le conseil des ministres. Agée de 54 ans, elle a travaillé pour différents ministres CVP, l'ancien CD&V, avant de rejoindre Electrabel en 1990 où elle passe près de 25 ans jusqu'à en devenir l'administrateur délégué. Elle fait un pas de côté en 2013 et ouvre une épicerie fine à Overijse, "un rêve d'enfant", confie-t-elle alors. Elle reste toutefois actives dans plusieurs conseils d'administration, dont ceux de BNP Paribas Fortis, Bpost et Valeo.

Lors de l'annonce de sa nomination, Sophie Dutordoir se dit enthousiaste à l'idée de rencontrer les défis auxquels est confrontée la SNCB, une entreprise dont elle loue les "grandes compétences techniques" et l'extrême "loyauté" des équipes. "Je suis une grande bosseuse, rigoureuse", ajoute-t-elle en assurant avoir "un grand respect pour le service public, l'entreprise publique".

"Nous espérons que Mme Dutordoir sera habitée d'un sens aigu du dialogue", rétorquent les syndicats. Tout comme le salaire de Jo Cornu, celui de Sophie Dutordoir sera plafonné à 290.000 euros par an. Son mandat court pendant six ans. Jo Cornu avait annoncé sa démission en avril 2016, après trois ans seulement passés à la tête de la SNCB. "En raison de mon âge - 72 ans, NDLR - je n'ai jamais eu l'intention d'aller au bout de mon mandat", avait-il alors affirmé.

Première femme à la tête de la SNCB, Sophie Dutordoir a émergé d'une "short list" dressée par un chasseur de têtes. Sa nomination a été confirmée en décembre dernier par le conseil des ministres. Agée de 54 ans, elle a travaillé pour différents ministres CVP, l'ancien CD&V, avant de rejoindre Electrabel en 1990 où elle passe près de 25 ans jusqu'à en devenir l'administrateur délégué. Elle fait un pas de côté en 2013 et ouvre une épicerie fine à Overijse, "un rêve d'enfant", confie-t-elle alors. Elle reste toutefois actives dans plusieurs conseils d'administration, dont ceux de BNP Paribas Fortis, Bpost et Valeo. Lors de l'annonce de sa nomination, Sophie Dutordoir se dit enthousiaste à l'idée de rencontrer les défis auxquels est confrontée la SNCB, une entreprise dont elle loue les "grandes compétences techniques" et l'extrême "loyauté" des équipes. "Je suis une grande bosseuse, rigoureuse", ajoute-t-elle en assurant avoir "un grand respect pour le service public, l'entreprise publique". "Nous espérons que Mme Dutordoir sera habitée d'un sens aigu du dialogue", rétorquent les syndicats. Tout comme le salaire de Jo Cornu, celui de Sophie Dutordoir sera plafonné à 290.000 euros par an. Son mandat court pendant six ans. Jo Cornu avait annoncé sa démission en avril 2016, après trois ans seulement passés à la tête de la SNCB. "En raison de mon âge - 72 ans, NDLR - je n'ai jamais eu l'intention d'aller au bout de mon mandat", avait-il alors affirmé.