La situation du Covid est contrastée, mais reste préoccupante dans notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, les nouvelles contaminations au coronavirus étaient en léger recul la semaine dernière par rapport à la précédente, même si leur nombre reste encore très important. Mais en même temps, les nouvelles hospitalisations repartent à la hausse avec 877 nouvelles admissions à l'hôpital, le 3 novembre, selon les chiffres de Sciensano. Un record depuis le début de l'épidémie. Cela dit, l'évolution est rassurante, souligne le porte-parole interfédéral, Yves Van Laethem.

"On avait déjà évoqué ce lundi des points positifs dans l'évolution des chiffres qui se confirment: les contaminations diminuent et le nombre d'hospitalisations ralentit, dit-il. Cependant, cela ne suffit pas, on ne peut pas se contenter de ça, on doit continuer à respecter les mesures." Ces chiffres témoignent de l'effet des décisions prises pour limiter les contacts sociaux: en continuant de la sorte, il sera possible d'éviter une saturation des hôpitaux.

"Pour la première fois depuis le 5 septembre, on constate une baisse des contaminations de 4% sur base d'une semaine", prolonge Yves Van Laethem. Cela s'explique par le changement de stratégie de tests, mais aussi par une baisse réelle. La moyenne sur une semaine est de 14235 sur une semaine. La baisse est toutefois surtout perceptible chez les moins de 50 ans, elle reste préoccupante chez les plus âgés.

Pour la première fois, on constate une tendance à la baisse à Anvers, dans le Limbourg et dans la province de Liège.

"Nous ne sommes pas hors de danger", mais l'évolution est positive, souligne le porte-parole.

Il y a eu un record d'hospitalisations hier, avec 877 sur une journée, confirme-t-il, mais la moyenne de la hausse des hospitalisations sur une semaine montre une diminution. 7485 personnes sont hospitalisées, dont 1351 en soins intensifs. "Cela va encore augmenter cette semaine et en début de semaine prochaine", dit Yves Van Laethem. Mais les hospitalisations en soins intensifs doublent tous les douze jours contre huit auparavant: le ralentissement est réel.

"Nous espérons rester en-dessous de la capacité des 2000 lits si les mesures se poursuivent", dit-il. La prévision est d'avoir 1800 lits qui seraient occupés lors du pic, dans les deux semaines. La situation est la plus préoccupante à Liège et dans le Hainaut.

L'augmentation du nombre de décès diminue aussi sur base hebdomadaire, dans le même sens, même si le nombre moyen reste élevé: 136 par jour en moyenne. Ce nombre double encore tous les six jours.

Yves Van Laethem insiste longuement sur l'importance de la ventilation des pièces et donne un conseil sur... l'utilisation des toilettes. "Le virus passe par le tube digestif et peut donner des diarrhées, dit-il. Nous donnons ce conseil un peu comique: dans les toilettes partagées au bureau ou chez vous, il faut fermer la planche avant de tirer la chasse pour éviter la diffusion des microparticules. Ce sont des détails un peu triviaux, mais cela peut nous aider à continuer à donner des nouvelles relativement positives."

La situation du Covid est contrastée, mais reste préoccupante dans notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, les nouvelles contaminations au coronavirus étaient en léger recul la semaine dernière par rapport à la précédente, même si leur nombre reste encore très important. Mais en même temps, les nouvelles hospitalisations repartent à la hausse avec 877 nouvelles admissions à l'hôpital, le 3 novembre, selon les chiffres de Sciensano. Un record depuis le début de l'épidémie. Cela dit, l'évolution est rassurante, souligne le porte-parole interfédéral, Yves Van Laethem."On avait déjà évoqué ce lundi des points positifs dans l'évolution des chiffres qui se confirment: les contaminations diminuent et le nombre d'hospitalisations ralentit, dit-il. Cependant, cela ne suffit pas, on ne peut pas se contenter de ça, on doit continuer à respecter les mesures." Ces chiffres témoignent de l'effet des décisions prises pour limiter les contacts sociaux: en continuant de la sorte, il sera possible d'éviter une saturation des hôpitaux."Pour la première fois depuis le 5 septembre, on constate une baisse des contaminations de 4% sur base d'une semaine", prolonge Yves Van Laethem. Cela s'explique par le changement de stratégie de tests, mais aussi par une baisse réelle. La moyenne sur une semaine est de 14235 sur une semaine. La baisse est toutefois surtout perceptible chez les moins de 50 ans, elle reste préoccupante chez les plus âgés.Pour la première fois, on constate une tendance à la baisse à Anvers, dans le Limbourg et dans la province de Liège."Nous ne sommes pas hors de danger", mais l'évolution est positive, souligne le porte-parole.Il y a eu un record d'hospitalisations hier, avec 877 sur une journée, confirme-t-il, mais la moyenne de la hausse des hospitalisations sur une semaine montre une diminution. 7485 personnes sont hospitalisées, dont 1351 en soins intensifs. "Cela va encore augmenter cette semaine et en début de semaine prochaine", dit Yves Van Laethem. Mais les hospitalisations en soins intensifs doublent tous les douze jours contre huit auparavant: le ralentissement est réel."Nous espérons rester en-dessous de la capacité des 2000 lits si les mesures se poursuivent", dit-il. La prévision est d'avoir 1800 lits qui seraient occupés lors du pic, dans les deux semaines. La situation est la plus préoccupante à Liège et dans le Hainaut.L'augmentation du nombre de décès diminue aussi sur base hebdomadaire, dans le même sens, même si le nombre moyen reste élevé: 136 par jour en moyenne. Ce nombre double encore tous les six jours.Yves Van Laethem insiste longuement sur l'importance de la ventilation des pièces et donne un conseil sur... l'utilisation des toilettes. "Le virus passe par le tube digestif et peut donner des diarrhées, dit-il. Nous donnons ce conseil un peu comique: dans les toilettes partagées au bureau ou chez vous, il faut fermer la planche avant de tirer la chasse pour éviter la diffusion des microparticules. Ce sont des détails un peu triviaux, mais cela peut nous aider à continuer à donner des nouvelles relativement positives."