Actuellement, les images des sites comme Kleine Brogel, les centrales nucléaires, la base aérienne de Florennes, le Centre de crise ou encore les installations pétrolières du port d'Anvers sont visibles sans ambiguïté via les images satellites disponibles sur Google Maps.

Pour des raisons de sécurité, la Défense a demandé au géant américain de flouter différents sites. "Ayant constaté que cela n'a pas été fait, elle va donc porter plainte contre Google", a indiqué le porte-parole de la Défense à la Sudpresse. En France, les images des sites délicats ont déjà été floutées.

Google juge ces démarches juridiques étranges. "Au cours des deux dernières années, nous avons travaillé étroitement et de manière constructive avec eux et avons procédé à des ajustements sur nos cartes le cas échéant et lorsqu'un cadre juridique approprié existait", a réagi Michiel Sallaets, porte-parole de Google en Belgique. La société espère pouvoir reprendre contact avec la défense sur cette question.

Actuellement, les images des sites comme Kleine Brogel, les centrales nucléaires, la base aérienne de Florennes, le Centre de crise ou encore les installations pétrolières du port d'Anvers sont visibles sans ambiguïté via les images satellites disponibles sur Google Maps. Pour des raisons de sécurité, la Défense a demandé au géant américain de flouter différents sites. "Ayant constaté que cela n'a pas été fait, elle va donc porter plainte contre Google", a indiqué le porte-parole de la Défense à la Sudpresse. En France, les images des sites délicats ont déjà été floutées. Google juge ces démarches juridiques étranges. "Au cours des deux dernières années, nous avons travaillé étroitement et de manière constructive avec eux et avons procédé à des ajustements sur nos cartes le cas échéant et lorsqu'un cadre juridique approprié existait", a réagi Michiel Sallaets, porte-parole de Google en Belgique. La société espère pouvoir reprendre contact avec la défense sur cette question.