Un alcolock consiste en un éthylotest antidémarrage, un appareil qui empêche la voiture de démarrer si le chauffeur a bu plus d'alcool qu'autorisé. Aux Pays-Bas, environ 4.000 de ces dispositifs ont déjà été installés. "Les conducteurs avec une certaine alcoolémie y sont automatiquement condamnés au placement d'un alcolock, sinon ils écopent d'une interdiction de conduire de cinq ans", explique Koen Peeters, de l'IBSR.

Selon les précisions apportées par la juge de police Kathleen Stinckens lors du programme radiophonique "De Ochtend", sur Radio 1, "le coût d'un tel appareil est très élevé, et ce n'est pas évident avec les nombreuses personnes qui roulent en voiture de société, il faut alors informer l'employeur ou la société de leasing du placement de l'alcolock". Le nombre comparativement peu élevé de placements d'alcolocks en Belgique s'explique également par le fait que "la personne jugée doit accepter l'installation de l'alcolock".

Un alcolock consiste en un éthylotest antidémarrage, un appareil qui empêche la voiture de démarrer si le chauffeur a bu plus d'alcool qu'autorisé. Aux Pays-Bas, environ 4.000 de ces dispositifs ont déjà été installés. "Les conducteurs avec une certaine alcoolémie y sont automatiquement condamnés au placement d'un alcolock, sinon ils écopent d'une interdiction de conduire de cinq ans", explique Koen Peeters, de l'IBSR. Selon les précisions apportées par la juge de police Kathleen Stinckens lors du programme radiophonique "De Ochtend", sur Radio 1, "le coût d'un tel appareil est très élevé, et ce n'est pas évident avec les nombreuses personnes qui roulent en voiture de société, il faut alors informer l'employeur ou la société de leasing du placement de l'alcolock". Le nombre comparativement peu élevé de placements d'alcolocks en Belgique s'explique également par le fait que "la personne jugée doit accepter l'installation de l'alcolock".