1. "Plus de Flamands veulent l'indépendance"
...

1. "Plus de Flamands veulent l'indépendance"Après cinq ans de paralysie communautaire, 16% des électeurs plaident pour une Flandre indépendante. C'est à peine 1% de plus qu'en 2014. Parmi les électeurs de la N-VA, un quart sont en faveur d'une Flandre indépendante, pour le Vlaams Belang c'est un sur trois. Pour les deux partis, cela signifie 7 % de moins qu'il y a cinq ans.22% des électeurs souhaitent retourner à une Belgique unitaire, soit une croissance de 3%. Singulièrement, 12 % des électeurs de la N-VA sont en faveur d'une Belgique unitaire, pour le Vlaams Belang c'est même 22 % et c'est plus que pour le CD&V.Un Flamand sur trois veut "plus de Belgique et moins ou pas de Flandre". Un sur trois est en faveur de "plus de Flandre et moins ou pas de Belgique". Et le dernier tiers opte pour le statu quo (15%) ou n'a pas d'opinion (19%).2. "Les électeurs votent pour les gens"L'enquête postélectorale a examiné les raisons pour lesquelles les électeurs votent pour un parti particulier. Il s'avère que la "confiance dans les personnes sur la liste" a fait le plus grand plongeon : alors qu'en 2014, c'était la deuxième raison invoquée (27 %), aujourd'hui elle ne joue un rôle que pour 18% des électeurs.Le résultat du 26 mai confirme donc la tendance à l'érosion des votes préférentiels. Surtout les électeurs du Vlaams Belang, du PVDA et de Groen votent pour une liste. Le CD&V reste toutefois le champion des votes préférentiels.Singulièrement, Bart De Wever et Jan Jambon représentent une raison importante pour de nombreux électeurs de voter pour la N-VA. Au CD&V, cela s'applique aussi un peu à Hilde Crevits. Pour les autres partis, les personnes n'ont joué absolument aucun rôle dans le choix du vote. L'étude a demandé si la "confiance dans le président du parti" était un facteur à prendre en compte dans le choix d'un parti. C'était nettement moins le cas pour les électeurs de l'Open VLD, de Groen et du Vlaams Belang.3. "Les attaques de 2016 n'ont pas joué de rôle"Les attentats terroristes de Zaventem et de Bruxelles ont été le troisième événement le plus important pour décider pour qui voter. Ils sont arrivés après l'augmentation des coûts de l'énergie et l'âge de la retraite, mais avant les listes d'attente dans le secteur des soins et l'approbation du bail migratoire de l'ONU ("Marrakech").Pour les électeurs du Vlaams Belang, les attaques étaient même la raison la plus importante de voter pour le parti. Plus important que - par ordre décroissant - l'augmentation de l'âge de la retraite, "Marrakech", l'évolution du déficit budgétaire, l'interdiction de l'abattage sans anesthésie et le meurtre de l'étudiante anversoise Julie Van Espen.4. "Les réseaux sociaux jouent un rôle majeur dans le choix du vote"Pour seulement 10 % des électeurs, la page Facebook ou les messages d'un parti ou d'un politicien ont joué un rôle dans la détermination de leur vote. Twitter et d'autres réseaux sociaux en ligne tels que Instagram, Pinterest et Tumblr sont encore moins pertinents : ils n'influencent que 4 % des électeurs. Pour les électeurs du Vlaams Belang et du PVDA, Facebook a clairement joué un rôle plus important que pour les autres partis.Beaucoup plus importants encore sont les reportages et les débats à la télévision, les simulations électorales, les conversations avec les membres de la famille, les amis et les collègues, les reportages dans les journaux et à la radio et les brochures et magazines d'un parti ou d'un politicien. Il est remarquable que les simulations électorales aient tant gagné en importance. Pour les électeurs des Groen et Open VLD, elles viennent même en premier dans la détermination de leur comportement de vote.5. "Tout tourne autour de trois choses: jobs, jobs et jobs"En 2014, l'emploi était encore l'un des thèmes électoraux les plus importants, maintenant il a été remplacé par - par ordre décroissant - l'asile et la migration, les pensions et les impôts, les soins de santé et le bien-être, la justice et la police, l'assurance maladie, l'environnement et le climat. Le budget et les finances publiques n'ont guère joué de rôle.L'asile et la migration ont été de loin les questions les plus influentes lors des dernières élections. Avec une augmentation de 28 % en 2014 à 44 % en 2019, ce thème a joué un rôle beaucoup plus important dans le choix des électeurs. Pour un électeur sur trois, il a même joué un rôle décisif dans le choix du parti.Pour les électeurs du Vlaams Belang et de la N-VA en particulier, le thème de l'asile et de la migration a été décisif. Pour le CD&V, le SP.A et le PVDA, il s'agissait de la sécurité sociale (pensions), pour Groen, l'environnement et le climat et pour l'Open VLD, les impôts.6. Groen et PVDA sont populaires auprès des jeunesGroen n'est plus le parti le plus populaire parmi les plus jeunes électeurs, qui ont pu voter pour la première fois. Malgré les marches pour le climat qui ont rassemblé de nombreux jeunes, Groen n'a pu gagner que 45.000 nouveaux électeurs, tandis que le Vlaams Belang a réussi à en convaincre 50.000.Le PVDA n'a réussi à séduire que 6000 nouveaux jeunes électeurs, ce qui est de loin le pire score de tous les partis. L'aversion à l'égard du PVDA a également augmenté de 30 à 38% au cours des cinq dernières années. C'est le plus haut score après le Vlaams Belang, pour lequel l'aversion diminue.