"Sans Albert Frère, nous aurions peut-être une grande banque belge"

10/12/18 à 10:04 - Mise à jour à 10:04
Du Le Vif/L'Express du 06/12/18

Décédé le 3 décembre à l'âge de 92 ans, l'homme d'affaires carolo devenu l'homme le plus riche de Belgique aura souvent mis fin à l'aura belge des grandes entreprises entre ses mains. Même si les négligences de l'Etat et les mutations de l'Europe l'y ont bien aidé, comme le rappelle l'historien Vincent Delcorps (UCLouvain et Ihecs).

Dans Paroles de patrons (1), paru en 2017, trois historiens de l'UCLouvain, dont Vincent Delcorps, auteur des Coulisses de l'histoire dans Le Vif/L'Express, retraçaient le déclin des grandes industries belges, au fil des dernières décennies. Au coeur des plus retentissantes passes d'armes : l'incontournable Albert Frère, impitoyable en affaires, baron controversé et emblème d'une richesse revancharde qui ne partage jamais.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires