La réunion thématique de l'ONU sera consacrée aux systèmes de protection sociale, à l'accès aux services publics et aux infrastructures durables au service de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes et des filles.

Le ministre-président profitera de son déplacement à New York pour partager la Déclaration de Bruxelles avec les instances internationales et dirigeants présents au siège de l'Organisation. Le texte appelle entre autres à décriminaliser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et à l'inscrire en tant que droit fondamental.

Forte d'avoir réuni 2.500 signatures sur internet, la déclaration défend également la prise en considération de l'IVG comme acte médical relevant du domaine de la santé, la suppression de la clause de conscience et un accès sans entrave à l'information sur les droits en matière de santé reproductive et sexuelle. Il demande en outre la mise en oeuvre de programmes d'éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle. En Belgique, 20.000 à 30.000 avortements sont pratiqués chaque année.

Si la Chambre a approuvé début octobre la proposition de loi qui sortait l'IVG du code pénal, elle n'a pas dépénalisé l'acte pour autant, ce qu'ont regretté bon nombre d'associations. Le combat continue dès lors même dans notre pays, estime M. Demotte, qui regrette que le droit à l'IVG ne soit pas encore unilatéralement et mondialement considéré comme un acquis pour les femmes.

En marge de la commission où il prendra la parole, le ministre-président participera à des tables rondes sur différents thèmes et mènera des rencontres bilatérales avec d'autres ministres en charge des droits des femmes. Il s'entretiendra aussi lundi avec des associations belges actives la matière.

Le lendemain, aux côtés de ses homologues sénégalaise et française notamment, M. Demotte rencontrera la directrice de la Fondation Mukwégé, à l'occasion de la publication d'un nouveau manuel sur le modèle de prise en charge holistique des victimes de violences sexuelles développé par le médecin congolais.

Mercredi matin, lors de l'événement annexe organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Centre d'action laïque (CAL) baptisé "D'une seule voix pour l'avortement", la Déclaration de Bruxelles sera présentée comme possible outil de travail international. Sylvie Lausberg, la directrice de la cellule Étude et Stratégie du CAL, fera un état des lieux de la situation de l'IVG tandis que des intervenants du Gabon, d'Argentine et de Suède témoigneront pour initier un échange de bonnes pratiques.

La CSW est le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. Après avoir analysé leurs efforts et les écarts à combler, les Etats membres conviennent de mesures à adopter pour accélérer les progrès et promouvoir la pleine jouissance par les femmes de leurs droits politiques, économiques et sociaux.

Belga