L'année dernière, en 2019-2020, 41% des étudiants ont complètement réussi (soit 60 crédits sur 60), pour seulement 26% en 2018-2019, soit une augmentation de 15 points de pourcentage. Il n'y a pas encore d'étude menée afin d'expliquer cette augmentation de réussites, ajoute l'Ares, qui avance plusieurs hypothèses.

Les périodes de confinement pourraient avoir poussé les étudiants à travailler davantage. Certains professeurs pourraient avoir modifié leur façon d'enseigner en privilégiant les petits groupes de travail, ce qui aurait permis un meilleur accompagnement de la part du corps professoral. Enfin, le mode d'évaluation a été modifié (examens remplacés par des travaux notamment). Ces résultats ont été établis via la base de données SATURN, une base de données à des fins statistiques qui reprend les inscriptions dans l'enseignement supérieur non universitaire en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

L'année dernière, en 2019-2020, 41% des étudiants ont complètement réussi (soit 60 crédits sur 60), pour seulement 26% en 2018-2019, soit une augmentation de 15 points de pourcentage. Il n'y a pas encore d'étude menée afin d'expliquer cette augmentation de réussites, ajoute l'Ares, qui avance plusieurs hypothèses. Les périodes de confinement pourraient avoir poussé les étudiants à travailler davantage. Certains professeurs pourraient avoir modifié leur façon d'enseigner en privilégiant les petits groupes de travail, ce qui aurait permis un meilleur accompagnement de la part du corps professoral. Enfin, le mode d'évaluation a été modifié (examens remplacés par des travaux notamment). Ces résultats ont été établis via la base de données SATURN, une base de données à des fins statistiques qui reprend les inscriptions dans l'enseignement supérieur non universitaire en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).