Lors du premier confinement de mars, où tout s'est arrêté du jour au lendemain, les chansons abordant le confinement éclosent. C'est la période la plus prolifique depuis le debut de la pandémie. L'artiste Pierres a peut-être bien écrit la première chanson belge "made in corona" avec son titre "La journée en slip" , un hymne à l'oisiveté toujours bien d'actualité.
...

Lors du premier confinement de mars, où tout s'est arrêté du jour au lendemain, les chansons abordant le confinement éclosent. C'est la période la plus prolifique depuis le debut de la pandémie. L'artiste Pierres a peut-être bien écrit la première chanson belge "made in corona" avec son titre "La journée en slip" , un hymne à l'oisiveté toujours bien d'actualité.Grand Corps Malade nous parle des "Effets Secondaires" de cette situation inédite.Des musiciens amateurs se retrouvent en visio conférence pour reprendre des grands classiques en choeur, comme ce boléro de Ravel en mode confiné par l'Orchestre National de France.Ou cette reprise de "La Tendresse".Au mois d'avril, un morceau des Bérurier Noir est réinventé pour être chanté sur les balcons en hommage à tous les métiers qui permettent de sauver des vies et de traverser cette crise.Le chanteur Hervé, sacré "révélation masculine de l'année" aux dernières Victoires de la Musique, met en ligne, en plein confinement, un clip de lui en train de faire sauter des crêpes dans sa cuisine sur sa chanson "Si bien du mal". Succès immédiat! Fin mars 2020, l'artiste française GiedRé dit regretter le temps d'avant "quand on ne se lavait jamais les mains", dans sa chanson nostalgique et pleine d'ironie intitulée "Comme avant".Calogero y va de sa petite chanson pour le personnel soignant, "On fait comme si".Le groupe bordelais Odezenne sort un morceau qui résonne particulièrement bien avec le confinement. Plusieurs artistes belges font écho à la situation déprimante traversée. A défaut d'éradiquer le virus, ils mettent un peu de baume au coeur. Un morceau du groupe La Chiva Gantiva est notamment dédié aux gens qui se sentent seuls et à tous ceux qui se demandent ce qui arrivera après la crise.Mi-avril, la star américaine Lady GAGA organise un concert géant en ligne pour spectateurs confinés réunissant les plus grands noms, Rolling Stones, Taylor Swift ou encore Elton John, Paul McCartney et même la chanteuse belge Angèle. L'événement a permis de récolter plus de 150 millions de dollars pour la lutte contre le covid-19.Durant l'été qui offre une petite respiration, des challenges improvisés de danse sur le "Jerusalema dance challenge" permettent au personnel soignant de garder le sourire, comme ici aux Cliniques Saint Luc.Renaud, dans son style bien à lui, insulte le virus dans sa "corona song" entêtante.Deuxième vague, deuxième confinement, l'horeca et la culture sont à l'arrêt. Les créations musicales sont moins prolifiques, le découragement et l'essoufflement prennent le dessus. Grand Corps Malade aborde avec sa verve qui lui est propre les secteurs non essentiels en souffrance.Le slameur Jakbrol diffuse une chanson inspirée par la situation désastreuse que vit le monde culturel. Il l'a met en scène au milieu des plaines de festivals vides. "Le pire des virus, c'est pas le Covid, c'est l'ignorance", y clame-t-il notamment.Taylor Swift sort son album "Folklore" beaucoup, plus intimiste qu'à son habitude, écrit pendant le confinement. Il remporte un succès immédiat.Les fêtes de fin d'année n'offrent pas de possibilité aux familles de se retrouver physiquement. La bulle de contacts reste drastiquement réduite. Avec son titre "Nous retrouver" qui résonne tristement avec l'actualité, le Liégeois Gaëtan Streel reprend les codes d'une chanson d'amour, mais y exprime, au fond, sa crainte des effets à long terme de la distanciation physique.Un an après le premier cas de COVID19 en Belgique, la campagne de vaccination apporte un peu d'espoir de sortie de crise. Elle a aussi son hymne.