Les travaux de cette ligne 124 couvrent les trois Régions du pays. En fonction des tronçons, les demandes de permis d'urbanisme seront alors introduites auprès des autorités compétentes.

Avant de relancer les chantiers du RER, la SNCB et Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, ont en effet décidé de travailler tronçon par tronçon. Les travaux avaient débuté l'an dernier sur la ligne 161, entre Bruxelles et Ottignies, et reprennent à présent sur l'axe reliant la capitale à Nivelles. Ces derniers restent toutefois tributaires de l'obtention des permis d'urbanisme. Au total, sur ces deux lignes, environ 100 km de nouvelles voies seront construits.

A ce jour, les infrastructures de deux des cinq axes du RER fonctionnent déjà: les portions entre Bruxelles et Hal, d'une part, et Louvain, d'autre part. Et sur le dernier axe, entre Denderleeuw et la capitale, les quatre voies sont mises en service sur presque l'intégralité du parcours. A partir de fin 2024, les premiers trains circuleront sur ce réseau express régional. Les temps de parcours diminueront progressivement jusqu'à la fin du chantier, prévue en 2031.

Sa relance a été rendue possible par le milliard dit "vertueux" qu'a débloqué le gouvernement fédéral en mars 2017. Le Premier ministre Charles Michel et le ministre de la Mobilité François Bellot étaient dès lors présents jeudi matin à Braine-l'Alleud pour donner le coup d'envoi symbolique des travaux.

Toujours pas de permis d'urbanisme pour un tronçon

Certains permis d'urbanisme pour un tronçon du réseau express régional (RER) dont les travaux doivent débuter ce jeudi n'ont pas été délivrés, écrit La Libre jeudi. Sans l'octroi de ces permis, les travaux d'infrastructure risquent d'essuyer des retards.

Près d'un an après la reprise des travaux sur la ligne ferroviaire 161 (Bruxelles-Ottignies), quelques mois après la fin de ceux sur le tronçon L 50A (Bruxelles-Denderleeuw), la relance des chantiers sur la L 124 (Bruxelles-Nivelles) a été inaugurée ce jeudi, à Braine-l'Alleud, en présence du Premier ministre Charles Michel (MR) et du ministre de la Mobilité François Bellot (MR).

Trois permis sont encore en cours d'instruction: ceux des gares de La Hulpe, de Waterloo et de Braine-l'Alleud, d'après le cabinet du ministre wallon des Travaux publics Carlo Di Antnio (cdH). Introduits par Infrabel début 2018, ceux-ci seront bientôt présentés au gouvernement wallon, qui aura alors 60 jours pour statuer.

Interrogée à l'occasion de la relance des travaux du RER sur cette ligne 124, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire se veut rassurante et évoque "un petit contretemps". Selon elle, cela ne posera pas de problèmes car il n'est pour le moment question que de travaux préparatoires. "Le gouvernement wallon nous dit que c'est une question de jours", assure Arnaud Reymann, porte-parole d'Infrabel.

Il souligne également que les demandes de permis en question ont été introduites en janvier 2018 et que les autorisations auraient déjà dû être délivrées il y a un mois. Il a en outre été décidé de dorénavant avancer tronçon par tronçon dans le cadre des travaux du RER, rappelle-t-on. Cela afin d'éviter que tous les permis soient à nouveau dépassés en cas de mise à l'arrêt du chantier, comme cela a été le cas par le passé.