Sans trop d'opposition de la part des États membres européens, la Première ministre britannique Theresa May a bénéficié ce mercredi d'un report flexible au 31 octobre au plus tard. L'Union européenne et le Royaume-Uni évitent un Brexit dur et gagnent du temps pour résoudre le malaise à Londres. L'accord stipule que les Britanniques peuvent quitter l'Union immédiatement après que les Parlements européen et britannique aient approuvé l'accord de retrait.
...

Sans trop d'opposition de la part des États membres européens, la Première ministre britannique Theresa May a bénéficié ce mercredi d'un report flexible au 31 octobre au plus tard. L'Union européenne et le Royaume-Uni évitent un Brexit dur et gagnent du temps pour résoudre le malaise à Londres. L'accord stipule que les Britanniques peuvent quitter l'Union immédiatement après que les Parlements européen et britannique aient approuvé l'accord de retrait.La question clé pour l'instant est de savoir quand exactement cela se produira. Si les Britanniques ne parviennent pas à un consensus dans les semaines à venir, ils seront obligés de participer aux élections européennes du 23 au 26 mai. Pour les Britanniques, ce vote sera comme un référendum informel sur la manière dont les différentes parties se sont occupées du dossier Brexit et de l'Union européenne ces dernières années.Cependant, une participation électorale britannique ébranle complètement l'équilibre du pouvoir dans l'hémisphère européen. Tout d'abord, entre le 23 et le 26 mai, il y aura à nouveau 751 sièges à distribuer. Les pays qui ont reçu un ou plusieurs sièges supplémentaires à la suite du départ du Royaume-Uni devront y renoncer. Quand le Royaume-Uni finira par s'en aller, les députés britanniques devront quitter l'hémisphère.Comme l'Italie, le Royaume-Uni a droit à 73 sièges au Parlement européen. C'est, après l'Allemagne (96) et la France (74), le plus grand des 28 États membres. Il représente près d'un dixième de l'hémisphère. Il n'est donc pas surprenant que la participation des Britanniques aux élections européennes redessine fondamentalement l'équilibre des pouvoirs. Bien que le poids politique des députés temporaires ne soit pas tout à fait clair pour l'instant, le sp.a et la N-VA ont sans doute poussé un soupir de soulagement ce matin. Chez Open VLD et CD&V, en revanche, ils sont un peu moins heureux.Hautes fonctions Le Parti socialiste européen (S&D - SP.A, PS) avait perdu 53 sièges, d'autant plus qu'ils ne pouvaient plus compter sur les 20 députés du Parti travailliste britannique à cause du Brexit. En raison de ce report, le S&D rattrape à nouveau le Parti populaire européen (PPE - CD&V, CdH, CSP), qui ne compte aucun représentant du Royaume-Uni. Selon les derniers sondages, la différence entre les deux groupes les plus importants sera de plus de 15 sièges.Toutefois, le Parti populaire européen mène actuellement une enquête sur l'expulsion du parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orban. Que l'on juge que les Hongrois doivent dégager, ou lorsqu'Orban choisit de prendre le large, le Parti populaire européen perd douze sièges supplémentaires. Le cas échéant, le S&D et le PPE seront véritablement au coude à coude. Cela déterminera les chiffres qui influenceront l'actualité européenne pour les cinq prochaines années.Le plus grand parti de l'hémisphère européen fournit traditionnellement le nouveau président de la Commission européenne. En outre, il y a plein d'autres postes importants à distribuer, notamment le président du Parlement européen, le président du Conseil européen et le Haut représentant de l'Union pour les Affaires étrangères. À l'heure actuelle, l'attribution concrète de ces postes est principalement déterminée par l'équilibre des pouvoirs au sein du Conseil européen, mais en tenant compte du résultat des élections législatives.En ce sens, la participation du Royaume-Uni est une mauvaise nouvelle pour les libéraux européens (ADLE) du président du groupe Guy Verhofstadt. Bien qu'ils réaliseront des bénéfices considérables sous l'impulsion d'Emmanuel Macron, ils voient, comme le groupe du parti populaire européen (démocrates-chrétiens) et des démocrates européens, leur pouvoir relatif par rapport au groupe de l'alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen diminuer. Les élections, cependant, devaient être le moment de gloire des libéraux européens. Maintenant que, pour la première fois, le S&D et le PPE ne seront pas en mesure d'obtenir suffisamment de sièges pour une majorité, Verhofstadt et d'autres ont le pouvoir d'approuver des propositions ou de les descendre en flammes.L'ADLE pro-européen est tout à fait prêt à agir comme un partenaire fiable, bien qu'il veuille évidemment un ou deux hauts postes en échange. Par exemple, c'est un secret de Polichinelle que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte souhaite devenir le nouveau président du Conseil européen. Verhofstadt, qui toute sa carrière est passé à côté des plus hautes positions européennes absolues, a également chuchoté qu'il aspirait à la présidence du Parlement européen. Mais en raison de la perte relative, le parti pourrait bien devoir renoncer à une position de leader au profit de ses homologues sociaux-démocrates. Il n'est pas inconcevable que le report du Brexit réduise considérablement la dernière chance de Verhofstadt.La N-VA dépassera-t-il Verhofstadt ?La N-VA peut également respirer un peu. Le parti ne communiquera qu'après les élections du Parlement européen à quel groupe européen il compte adhérer. Néanmoins, depuis mercredi soir, il est plus probable que la N-VA reste avec les Conservateurs et réformistes européens. Le Brexit et le départ du Parti finlandais et du Parti populaire danois risquent de laisser l'ECR abîmé et dénué de sens, avec le PiS polonais comme plus grand parti, qui risque diverses procédures européennes de sanction.Cependant, la nouvelle tournure se traduira par une injection britannique d'environ dix-sept sièges. En outre, le Forum pour la démocratie et le parti Vox espagnol - les opposants les plus fervents à l'indépendance catalane - envisageraient également de rejoindre ce groupe. Ainsi, le groupe et 85 sièges ont pu être échangés, soit une quinzaine de plus qu'en 2016. Cela en ferait le quatrième groupe le plus important du Parlement européen. Toutefois, comme décrit ci-dessus, le parti hongrois de Fidesz peut également être le bienvenu pour renforcer le groupe. Le cas échéant, le groupe de la N-VA pourrait même dépasser celui de l'Open VLD.Bref, si Theresa May ne trouve aucune solution à Londres dans les semaines à venir et qu'elle n'annule pas le Brexit, le Royaume-Uni devra se rendre aux urnes dans un gros mois. Cela bouleversera fondamentalement l'équilibre des pouvoirs et, par conséquent, les hauts postes de l'Europe.