"Durant la crise, la Belgique a su trouver un bon équilibre entre les aspects sanitaires, humains et économiques. Tout en limitant fortement les voyages non essentiels, la Belgique a pu continuer à jouer son rôle de plaque tournante logistique afin de permettre à de nombreux citoyens européens de rentrer chez eux.

D'autres aspects doivent maintenant être envisagés comme les visites à des proches à l'étranger, les achats habituels fait dans les pays voisins, la continuité de l'entretien des biens immobiliers à l'étranger, ...", a précisé M. Goffin (MR) dans un communiqué.

Selon le chef de la diplomatie belge, une levée des restrictions ne peut se faire qu'à deux conditions: d'abord "une même approche face à la maladie de part et d'autre de la frontière et un niveau de contamination maîtrisé" et ensuite "une réouverture pleinement concertée avec les autres Etats".

Solidarité européenne

Avec Jean-Yves Le Drian pour la France, Stef Blok pour les Pays-Bas, Heiko Maas pour l'Allemagne et Jean Asselborn pour le Luxembourg il a, entre autres, été question de la primauté d'une base scientifique objective (notamment pour le comptage des décès), de l'utilité d'intensifier le dialogue bilatéral et enfin de la manière d'incorporer les recommandations européennes pour une approche coordonnée du déconfinement au niveau européen.

M. Goffin a enfin salué la coordination et la solidarité européenne qui avait joué dans cette crise due au coronavirus. "Je me réjouis de notre excellent appui mutuel pour le rapatriements de nos ressortissants et de notre coopération pragmatique sur les questions frontalières, exemplaire à bien des égards. La solidarité européenne a permis à 1.500 Belges de rentrer et à 900 ressortissants (d'autres pays) européens d'être rapatriés par la Belgique", a-t-il souligné.

"Cette crise sanitaire apporte, comme toutes les crises, son lot de difficultés. Le travail intense de nos administrations et de nos postes pour les surmonter mérite d'être salué", a-t-il conclu. Dans un entretien publié lundi par le journal 'Le Soir', M. Goffin avait confirmé que la Belgique suivrait la recommandation de la Commission européenne de rouvrir les portes aux Européens en privilégiant les régions qui sont dans une situation épidémiologique comparable. "Je comprends que ce n'est pas simple pour Monsieur ou Madame Tout-le-monde, mais c'est trop tôt", dit-il.

La phase trois du déconfinement, qui pourrait répondre aux questions touristiques, ne sera pas activée avant au moins le 8 juin.

"Durant la crise, la Belgique a su trouver un bon équilibre entre les aspects sanitaires, humains et économiques. Tout en limitant fortement les voyages non essentiels, la Belgique a pu continuer à jouer son rôle de plaque tournante logistique afin de permettre à de nombreux citoyens européens de rentrer chez eux. D'autres aspects doivent maintenant être envisagés comme les visites à des proches à l'étranger, les achats habituels fait dans les pays voisins, la continuité de l'entretien des biens immobiliers à l'étranger, ...", a précisé M. Goffin (MR) dans un communiqué. Selon le chef de la diplomatie belge, une levée des restrictions ne peut se faire qu'à deux conditions: d'abord "une même approche face à la maladie de part et d'autre de la frontière et un niveau de contamination maîtrisé" et ensuite "une réouverture pleinement concertée avec les autres Etats". Avec Jean-Yves Le Drian pour la France, Stef Blok pour les Pays-Bas, Heiko Maas pour l'Allemagne et Jean Asselborn pour le Luxembourg il a, entre autres, été question de la primauté d'une base scientifique objective (notamment pour le comptage des décès), de l'utilité d'intensifier le dialogue bilatéral et enfin de la manière d'incorporer les recommandations européennes pour une approche coordonnée du déconfinement au niveau européen. M. Goffin a enfin salué la coordination et la solidarité européenne qui avait joué dans cette crise due au coronavirus. "Je me réjouis de notre excellent appui mutuel pour le rapatriements de nos ressortissants et de notre coopération pragmatique sur les questions frontalières, exemplaire à bien des égards. La solidarité européenne a permis à 1.500 Belges de rentrer et à 900 ressortissants (d'autres pays) européens d'être rapatriés par la Belgique", a-t-il souligné. "Cette crise sanitaire apporte, comme toutes les crises, son lot de difficultés. Le travail intense de nos administrations et de nos postes pour les surmonter mérite d'être salué", a-t-il conclu. Dans un entretien publié lundi par le journal 'Le Soir', M. Goffin avait confirmé que la Belgique suivrait la recommandation de la Commission européenne de rouvrir les portes aux Européens en privilégiant les régions qui sont dans une situation épidémiologique comparable. "Je comprends que ce n'est pas simple pour Monsieur ou Madame Tout-le-monde, mais c'est trop tôt", dit-il. La phase trois du déconfinement, qui pourrait répondre aux questions touristiques, ne sera pas activée avant au moins le 8 juin.