"Je constate que la majorité des produits 'gibier' proposés aux consommateurs ne provient pas de Belgique et de facto de Wallonie. Et cela alors que notre région compte plus de 550.000 hectares de forêt, non concernés par la peste porcine et des populations de gibier de grande qualité! Leur prélèvement est largement suffisant pour satisfaire la demande interne".

"Avoir des grandes enseignes belges où on ne trouve pas de gibier belge, c'est tout de même impensable! C'est un manque de respect pour le citoyen", poursuit le ministre. Les grandes enseignes "vont chercher de la viande en Pologne alors que c'est l'un des pays les plus infectés par la peste porcine africaine : les foyers y sont toujours actifs. Il faut comprendre que souvent, ces viandes de gibier ont des garanties sanitaires et de traçabilité beaucoup moins intenses que chez nous", assure encore le Marchois.

Une offre insuffisante ?

Les grandes surfaces arguent qu'elles ont recours au gibier venu de pays étrangers car l'offre de gibier belge serait insuffisante. "C'est totalement faux. Et encore plus aujourd'hui. Avec l'accentuation de la chasse, on peut satisfaire toute la clientèle, au moins en matière de sanglier. Il est chez nous de grande qualité. La seule raison pour laquelle ils privilégient d'autres pays, c'est le prix, et leurs normes sociales et environnementales moins strictes que chez nous", conclut le ministre wallon. "Il faut soutenir les nombreux secteurs impactés par le virus de la peste porcine".

M. Collin a accordé aux ateliers de découpe une compensation de 70 euros par carcasse de sanglier réceptionnée et transformée afin de compenser les charges extraordinaires qui leur sont imposées.

"Je constate que la majorité des produits 'gibier' proposés aux consommateurs ne provient pas de Belgique et de facto de Wallonie. Et cela alors que notre région compte plus de 550.000 hectares de forêt, non concernés par la peste porcine et des populations de gibier de grande qualité! Leur prélèvement est largement suffisant pour satisfaire la demande interne". "Avoir des grandes enseignes belges où on ne trouve pas de gibier belge, c'est tout de même impensable! C'est un manque de respect pour le citoyen", poursuit le ministre. Les grandes enseignes "vont chercher de la viande en Pologne alors que c'est l'un des pays les plus infectés par la peste porcine africaine : les foyers y sont toujours actifs. Il faut comprendre que souvent, ces viandes de gibier ont des garanties sanitaires et de traçabilité beaucoup moins intenses que chez nous", assure encore le Marchois. Les grandes surfaces arguent qu'elles ont recours au gibier venu de pays étrangers car l'offre de gibier belge serait insuffisante. "C'est totalement faux. Et encore plus aujourd'hui. Avec l'accentuation de la chasse, on peut satisfaire toute la clientèle, au moins en matière de sanglier. Il est chez nous de grande qualité. La seule raison pour laquelle ils privilégient d'autres pays, c'est le prix, et leurs normes sociales et environnementales moins strictes que chez nous", conclut le ministre wallon. "Il faut soutenir les nombreux secteurs impactés par le virus de la peste porcine". M. Collin a accordé aux ateliers de découpe une compensation de 70 euros par carcasse de sanglier réceptionnée et transformée afin de compenser les charges extraordinaires qui leur sont imposées.