Les syndicats policiers avaient déjà exprimé leur mécontentement face à la décision de l'OCAM de ne pas aligner le niveau de la menace pour la police sur celui du reste de la population. Des mesures supplémentaires ont été prises, mais le niveau reste officiellement à 2+ pour les commissariats, contre 3 pour la population.

"L'OCAM se prononce pour l'avenir, pas pour le passé", indique-t-on au cabinet Jambon. "Le niveau de la menace ne sera relevé que s'il y a des indications concrètes - par des écoutes téléphoniques par exemple - qu'un attentat contre la police se prépare."

La réunion de mardi servira à évaluer si des mesures de sécurité supplémentaires sont nécessaires. Les syndicats policiers ne seront pas présents à la réunion. Ils doivent rencontrer les autorités mercredi.

Les syndicats policiers avaient déjà exprimé leur mécontentement face à la décision de l'OCAM de ne pas aligner le niveau de la menace pour la police sur celui du reste de la population. Des mesures supplémentaires ont été prises, mais le niveau reste officiellement à 2+ pour les commissariats, contre 3 pour la population. "L'OCAM se prononce pour l'avenir, pas pour le passé", indique-t-on au cabinet Jambon. "Le niveau de la menace ne sera relevé que s'il y a des indications concrètes - par des écoutes téléphoniques par exemple - qu'un attentat contre la police se prépare." La réunion de mardi servira à évaluer si des mesures de sécurité supplémentaires sont nécessaires. Les syndicats policiers ne seront pas présents à la réunion. Ils doivent rencontrer les autorités mercredi.