Un changement culturel. C'est ainsi que le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a décrit la réforme du système de soins de santé mentale, mercredi soir, lors de sa conférence d'ouverture pour les étudiants de première année de la faculté des sciences psychologiques et pédagogiques de la KU Leuven. Il était manifestement venu avec l'intention d'expliquer une fois pour toutes que les plans tournent autour de bien plus qu'un investissement supplémentaire de 152 millions d'euros et ne devraient certainement pas se réduire à l'introduction tant décriée de séances à 11 euros pour (certains) psychologues. "Le coeur de cette réforme est un changement de mentalité, et rendre les soins abordables et accessibles fait partie de cette histoire", a-t-il déclaré. "Si je dis que l'objectif est de pouvoir aller ...

Un changement culturel. C'est ainsi que le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a décrit la réforme du système de soins de santé mentale, mercredi soir, lors de sa conférence d'ouverture pour les étudiants de première année de la faculté des sciences psychologiques et pédagogiques de la KU Leuven. Il était manifestement venu avec l'intention d'expliquer une fois pour toutes que les plans tournent autour de bien plus qu'un investissement supplémentaire de 152 millions d'euros et ne devraient certainement pas se réduire à l'introduction tant décriée de séances à 11 euros pour (certains) psychologues. "Le coeur de cette réforme est un changement de mentalité, et rendre les soins abordables et accessibles fait partie de cette histoire", a-t-il déclaré. "Si je dis que l'objectif est de pouvoir aller chez le psychologue pour 11 euros, les gens s'attendent à ce que ce soit fait dès le lendemain."Certains psychologues en devenir présents dans l'auditorium "Pieter De Somer" n'ont peut-être pas aimé l'entendre, mais M. Vandenbroucke a souligné à maintes reprises que les soins de santé mentale ne sont plus l'affaire des seuls psychologues. Tout comme les médecins généralistes, qui travaillaient seuls il n'y a pas si longtemps, font aujourd'hui partie d'un système de soins de santé de première ligne comprenant également des infirmières à domicile et des pharmaciens, les psychologues ne seront plus les seigneurs et maîtres des soins de santé mentale. "Dans notre approche, nous devons repousser les frontières, abattre les murs entre les différentes professions et disciplines et, surtout, travailler ensemble", a déclaré M. Vandenbroucke. "Les médecins généralistes, les psychologues, les infirmières, mais aussi les travailleurs sociaux, les animateurs de jeunesse et les conseillers d'étudiants doivent s'attaquer aux problèmes des clients et des patients au-delà des limites de leur propre discipline et de leurs connaissances. C'est le bon moment pour le faire, car pendant la pandémie, nous avons vu apparaître de belles formes de coopération. Nous savons donc maintenant que c'est possible."En mettant en place des soins intégrés, les problèmes mentaux devraient être détectés plus rapidement et le seuil d'accès aux soins de santé mentale devrait diminuer. Vandenbroucke : "Nous nous concentrons en premier lieu sur le groupe croissant de personnes souffrant de problèmes mentaux légers, qui ne semblent pas malheureuses au premier abord, mais qui traversent une période difficile. Ils sont constamment stressés, ne se sentent pas bien, sont sans vie et fatigués. Cela est souvent dû à certaines circonstances : ils ont des problèmes dans leur vie privée, se sentent mal ou ont des difficultés à joindre les deux bouts. Si nous n'aidons pas ou n'intervenons pas à temps, des problèmes plus graves, tels que des angoisses qui s'installent ou une dépression peuvent se développer. Il est donc important de repérer ces signes et d'y remédier avant que les problèmes mentaux ne deviennent très graves et beaucoup plus difficiles à traiter. Les personnes souffrant de troubles mentaux légers à modérés représentent 80 % des personnes ayant des problèmes de santé mentale. Nous sous-estimons trop ce grand groupe pour le moment et c'est ce à quoi nous voulons remédier avec cette réforme".Frank Vandenbroucke est également revenu sur l'agitation du mois dernier concernant le remboursement des séances de psychologue. Fin juillet, le gouvernement fédéral a annoncé qu'un nouveau règlement serait introduit à partir du 1er septembre, en vertu duquel les patients ne devraient payer de leur poche que 11 euros par séance. Ce plan a été initialement accueilli avec de grands applaudissements. Mais il s'est avéré que ce n'était qu'un projet pilote. "Si un jour je dis que le but est, à terme, d'arriver à une situation où l'on peut consulter un psychologue pour 11 euros, les gens s'attendent à ce que tout roule dès le lendemain. Bien sûr, ce n'est pas possible. Même si vous avez une vision claire, il faut beaucoup de temps pour la mettre en pratique", a-t-il déclaré. "Même pour moi ce constat est difficile. Je n'ai pas toujours cette patience, et ceux qui ont besoin d'aide aujourd'hui n'en ont certainement pas."