"Mes convictions ne sont plus en adéquation avec la ligne de mon parti." Jean-Luc Crucke quitte donc la politique, trente-quatre ans après sa première élection, comme conseiller communal à Frasnes-lez-Anvaing. Ministre wallon depuis 2017, ce juriste de formation a accepté de poser sa candidature comme juge à la Cour constitutionnelle.

Mais qui pour le remplacer, au sein de l'exécutif wallon en charge du Budget ? "Vous serez informés demain (mardi) de la personne qui prendra sa place", a fait savoir le président du MR Georges-Louis Bouchez, lors de la conférence de presse annonçant cette démission.

Ce qui n'empêche pas, dans l'attente, les rumeurs de circuler. Et de mentionner, essentiellement, deux noms. Celui de Philippe Goffin, d'abord. Bourgmestre de Crisnée en périphérie liégeoise, ancien ministre fédéral des Affaires étrangères et de la Défense entre 2019 et 2020, il n'avait pas été reconduit après la formation de la Vivaldi.

Un choix qui réajusterait les équilibres géographiques, puisque les libéraux liégeois sont peu représentés parmi les exécutifs où les bleus sont présents. Et qui arrangerait sans doute le MR principautaire et son chef de file Pierre-Yves Jeholet (ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles) : si Philippe Goffin (54 ans) devenait ministre wallon, il se présenterait probablement sur la liste régionale en 2024, ce qui libérerait sa place sur la liste fédérale et permettrait d'y faire "remonter" d'autres candidats, comme Nicolas Reynders (actuel porte-parole de Pierre-Yves Jeholet et fils de Didier Reynders).

Mais le nom de Maxime Daye (38 ans) est lui aussi cité. Bourgmestre de Braine-le-Comte, il est également l'actuel président (et le premier libéral) de l'Union des villes et communes de Wallonie.

A moins que Georges-Louis Bouchez ne réserve une surprise du chef, façon Charles Michel en 2015, qui avait intronisé Sophie Wilmès - alors une députée fédérale relativement méconnue - en remplacement de Hervé Jamar. Une surprise du chef, mais... lequel ? "C'est Charles [Michel] qui décide", glisse un interlocuteur...

"Mes convictions ne sont plus en adéquation avec la ligne de mon parti." Jean-Luc Crucke quitte donc la politique, trente-quatre ans après sa première élection, comme conseiller communal à Frasnes-lez-Anvaing. Ministre wallon depuis 2017, ce juriste de formation a accepté de poser sa candidature comme juge à la Cour constitutionnelle. Mais qui pour le remplacer, au sein de l'exécutif wallon en charge du Budget ? "Vous serez informés demain (mardi) de la personne qui prendra sa place", a fait savoir le président du MR Georges-Louis Bouchez, lors de la conférence de presse annonçant cette démission. Ce qui n'empêche pas, dans l'attente, les rumeurs de circuler. Et de mentionner, essentiellement, deux noms. Celui de Philippe Goffin, d'abord. Bourgmestre de Crisnée en périphérie liégeoise, ancien ministre fédéral des Affaires étrangères et de la Défense entre 2019 et 2020, il n'avait pas été reconduit après la formation de la Vivaldi. Un choix qui réajusterait les équilibres géographiques, puisque les libéraux liégeois sont peu représentés parmi les exécutifs où les bleus sont présents. Et qui arrangerait sans doute le MR principautaire et son chef de file Pierre-Yves Jeholet (ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles) : si Philippe Goffin (54 ans) devenait ministre wallon, il se présenterait probablement sur la liste régionale en 2024, ce qui libérerait sa place sur la liste fédérale et permettrait d'y faire "remonter" d'autres candidats, comme Nicolas Reynders (actuel porte-parole de Pierre-Yves Jeholet et fils de Didier Reynders). Mais le nom de Maxime Daye (38 ans) est lui aussi cité. Bourgmestre de Braine-le-Comte, il est également l'actuel président (et le premier libéral) de l'Union des villes et communes de Wallonie. A moins que Georges-Louis Bouchez ne réserve une surprise du chef, façon Charles Michel en 2015, qui avait intronisé Sophie Wilmès - alors une députée fédérale relativement méconnue - en remplacement de Hervé Jamar. Une surprise du chef, mais... lequel ? "C'est Charles [Michel] qui décide", glisse un interlocuteur...