Cette situation concerne une future centrale à Dilsen-Stokkem (Limbourg), qui n'a pas obtenu le feu vert de la province. Elle concerne aussi un projet à Tessenderlo (Limbourg). Mais situé à cheval sur deux provinces, c'est à l'administration flamande de se prononcer en première instance. Le troisième projet concerne l'agrandissement de la centrale au gaz de Luminus de Wondelgem (Gand). Enfin, le refus de l'autorisation de la centrale de Vilvorde (Brabant flamand) sera également réexaminé.

Les permis pour ces quatre centrales au gaz sont pour le moment étudiés par les instances d'avis compétentes. Un avis sera ensuite envoyé à la commission régionale des permis d'environnement. Enfin, le dossier atterrira sur le bureau de la ministre.

En fonction de la complexité du dossier, le cabinet dispose du temps nécessaire pour prendre sa décision. Mais la ministre Demir a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas traîner pour les centrales au gaz concernées. La décision de la ministre peut ensuite toujours faire l'objet d'un recours.

Il est probable qu'aucune des quatre futures centrales au gaz ne sera à l'abri de recours au moment du lancement des enchères pour obtenir les aides fédérales dans le cadre du Mécanisme de Rémunération de Capacité (CRM). Celui-ci sera organisé en octobre pour soutenir financièrement 2,3 gigawatts de production supplémentaire.

Cette situation concerne une future centrale à Dilsen-Stokkem (Limbourg), qui n'a pas obtenu le feu vert de la province. Elle concerne aussi un projet à Tessenderlo (Limbourg). Mais situé à cheval sur deux provinces, c'est à l'administration flamande de se prononcer en première instance. Le troisième projet concerne l'agrandissement de la centrale au gaz de Luminus de Wondelgem (Gand). Enfin, le refus de l'autorisation de la centrale de Vilvorde (Brabant flamand) sera également réexaminé. Les permis pour ces quatre centrales au gaz sont pour le moment étudiés par les instances d'avis compétentes. Un avis sera ensuite envoyé à la commission régionale des permis d'environnement. Enfin, le dossier atterrira sur le bureau de la ministre. En fonction de la complexité du dossier, le cabinet dispose du temps nécessaire pour prendre sa décision. Mais la ministre Demir a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas traîner pour les centrales au gaz concernées. La décision de la ministre peut ensuite toujours faire l'objet d'un recours. Il est probable qu'aucune des quatre futures centrales au gaz ne sera à l'abri de recours au moment du lancement des enchères pour obtenir les aides fédérales dans le cadre du Mécanisme de Rémunération de Capacité (CRM). Celui-ci sera organisé en octobre pour soutenir financièrement 2,3 gigawatts de production supplémentaire.