Philippe se prépare à la nouvelle saison de chasse durant laquelle il invite sa famille, ses amis et ses relations. Il sera probablement rejoint par son beau-frère, le prince Lorenz et son neveu, le prince Amedeo, tous deux fervents amateurs de chasse.

Michel Vandenbosch, le président de Gaia, exprime sa colère face aux projets de Philippe. "La chasse est une forme de violence, dont les animaux sans défense sont victimes. Il est scandaleux qu'un roi s'y adonne" déclare-t-il au Nieuwsblad.

Même si Philippe chasse pour "maintenir l'équilibre de la population de gibier dans les forêts wallonnes" et qu'il a reçu l'autorisation du Département de la Nature et des Forêts, Gaia condamne fermement ces activités. "Si un roi demande à l'administration s'il peut chasser sur son domaine : qui va lui refuser ? J'ai pourtant du mal à m'imaginer qu'il y a une surpopulation de biches ou de chevreuils à Ciergnon" s'indigne Vandenbosch.

Le roi a reçu l'autorisation d'abattre 90 biches. Par contre, le Département de la Nature et des Forêts n'impose pas de limites pour les mouflons et les sangliers.

Philippe se prépare à la nouvelle saison de chasse durant laquelle il invite sa famille, ses amis et ses relations. Il sera probablement rejoint par son beau-frère, le prince Lorenz et son neveu, le prince Amedeo, tous deux fervents amateurs de chasse. Michel Vandenbosch, le président de Gaia, exprime sa colère face aux projets de Philippe. "La chasse est une forme de violence, dont les animaux sans défense sont victimes. Il est scandaleux qu'un roi s'y adonne" déclare-t-il au Nieuwsblad. Même si Philippe chasse pour "maintenir l'équilibre de la population de gibier dans les forêts wallonnes" et qu'il a reçu l'autorisation du Département de la Nature et des Forêts, Gaia condamne fermement ces activités. "Si un roi demande à l'administration s'il peut chasser sur son domaine : qui va lui refuser ? J'ai pourtant du mal à m'imaginer qu'il y a une surpopulation de biches ou de chevreuils à Ciergnon" s'indigne Vandenbosch. Le roi a reçu l'autorisation d'abattre 90 biches. Par contre, le Département de la Nature et des Forêts n'impose pas de limites pour les mouflons et les sangliers.