Ce vendredi 10 mai, l'émission télévisée De Grote Karrewiet Verkiezingsshow, diffusée sur la chaine pour enfants Ketnet, a réuni les six présidents de partis flamands (à l'exception de Peter Mertens du PVDA). Le but de l'émission était le suivant: faire ressortir les enfants qui sommeillent au fond des grandes personnalités politiques flamandes.

Pendant une heure, Bart de Wever (N-VA), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Meyrem Almaci (Groen), Tom Van Grieken (Vlaamse Belang), Wouter Beke (CD&V) et John Crombez (sp.a) ont été plongés dans l'univers d'une soixantaine d'enfants. Au programme, après une entrée fracassante des politiciens en cuistax fleuri, réalisation de slime et interviews vérité des politiciens par les gentilles têtes blondes. Les enfants ne mâchent pas leurs mots. "Je pense que les politiciens discutent beaucoup et mangent beaucoup", est d'avis Ernest. Le jeune Darin a une question pour John Crombez: "Pourquoi vous disputez-vous autant ?". Le président du sp.a lui rétorque que c'est surtout un petit jeu devant les caméras et qu'en coulisse, les relations sont plus amicales. Une réponse qui n'a pas l'air de convaincre Darin.

Ernest interroge encore Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang : "Avez-vous eu du succès avec les filles dans le passé, ou peut-être même avec les garçons ? (hihi)" Le président du Vlaams Belang lui répond en toute franchise : "J'ai été très déçu. J'étais un peu le nerd de la classe. Ce n'est qu'à la fin du lycée que j'ai apprécié un peu plus la vie." Bart De Wever, de son côté, doit expliquer à un enfant de onze ans combien il gagne par mois...

"Une nouvelle frontière a été franchie"

Mais le clou du spectacle viendra avec la battle de danse sur le "Skibidi", une danse russe loufoque à la 'Gangnam Style', exécutée par les personnalités politiques. Et c'est là que les téléspectateurs ont pu admirer toutes les qualités de synchronisation de Gwendolyn Rutten. Bart De Wever, pour sa part, s'emberlificote dans les pas, se dandine gauchement dans son complet trois pièces guindé, peu adapté à une apparition dans une émission pour enfants. Malgré le malaise du président de la NV-A, son clan remportera la battle.

En Flandre, les critiques ont rapidement fusé suite à l'apparition du président du Vlaams Belang dans ce show pour enfants, relaie De Morgen. "En invitant à un programme pour enfants le posterboy autoproclamé d'un parti condamné pour racisme dans le passé, une nouvelle frontière a été franchie et l'extrême droite n'est plus seulement normalisée, elle est même devenue amusante et adaptée aux enfants ", écrit Wies Descheemaeker, secrétaire ACOD (CGSP) à la VRT dans un article en ligne sur De Wereld Morgen.

Selon Descheemaeker, De grote karrewiet kiesiezingsshow n'est pas non plus conforme aux règles de la VRT en matière d'impartialité, selon lesquelles les opinions extrêmes doivent être prises en compte, "avec poids et contexte ". "Le poids et le contexte étaient complètement absents de cette émission. Les jeunes téléspectateurs ont assisté à une fête foraine ou une fête de famille avec six oncles et tantes plus ou moins sympathiques qui, en passant, ont pu traduire leur opinion politique sur la société dans un monde enfantin. Mais dans ce contexte, la figure de Tom Van Grieken et ses idées rances était inappropriée et allait trop loin." Johan Leman, l'ancien directeur du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (aujourd'hui Unia), a également estimé que la manière dont la rédaction a traité Van Grieken n'était pas correcte.

La VRT se défend de son côté en déclarant que la sélection du show s'est faite comme pour n'importe quel débat électoral.

Ce vendredi 10 mai, l'émission télévisée De Grote Karrewiet Verkiezingsshow, diffusée sur la chaine pour enfants Ketnet, a réuni les six présidents de partis flamands (à l'exception de Peter Mertens du PVDA). Le but de l'émission était le suivant: faire ressortir les enfants qui sommeillent au fond des grandes personnalités politiques flamandes.Pendant une heure, Bart de Wever (N-VA), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Meyrem Almaci (Groen), Tom Van Grieken (Vlaamse Belang), Wouter Beke (CD&V) et John Crombez (sp.a) ont été plongés dans l'univers d'une soixantaine d'enfants. Au programme, après une entrée fracassante des politiciens en cuistax fleuri, réalisation de slime et interviews vérité des politiciens par les gentilles têtes blondes. Les enfants ne mâchent pas leurs mots. "Je pense que les politiciens discutent beaucoup et mangent beaucoup", est d'avis Ernest. Le jeune Darin a une question pour John Crombez: "Pourquoi vous disputez-vous autant ?". Le président du sp.a lui rétorque que c'est surtout un petit jeu devant les caméras et qu'en coulisse, les relations sont plus amicales. Une réponse qui n'a pas l'air de convaincre Darin. Ernest interroge encore Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang : "Avez-vous eu du succès avec les filles dans le passé, ou peut-être même avec les garçons ? (hihi)" Le président du Vlaams Belang lui répond en toute franchise : "J'ai été très déçu. J'étais un peu le nerd de la classe. Ce n'est qu'à la fin du lycée que j'ai apprécié un peu plus la vie." Bart De Wever, de son côté, doit expliquer à un enfant de onze ans combien il gagne par mois...Mais le clou du spectacle viendra avec la battle de danse sur le "Skibidi", une danse russe loufoque à la 'Gangnam Style', exécutée par les personnalités politiques. Et c'est là que les téléspectateurs ont pu admirer toutes les qualités de synchronisation de Gwendolyn Rutten. Bart De Wever, pour sa part, s'emberlificote dans les pas, se dandine gauchement dans son complet trois pièces guindé, peu adapté à une apparition dans une émission pour enfants. Malgré le malaise du président de la NV-A, son clan remportera la battle. En Flandre, les critiques ont rapidement fusé suite à l'apparition du président du Vlaams Belang dans ce show pour enfants, relaie De Morgen. "En invitant à un programme pour enfants le posterboy autoproclamé d'un parti condamné pour racisme dans le passé, une nouvelle frontière a été franchie et l'extrême droite n'est plus seulement normalisée, elle est même devenue amusante et adaptée aux enfants ", écrit Wies Descheemaeker, secrétaire ACOD (CGSP) à la VRT dans un article en ligne sur De Wereld Morgen. Selon Descheemaeker, De grote karrewiet kiesiezingsshow n'est pas non plus conforme aux règles de la VRT en matière d'impartialité, selon lesquelles les opinions extrêmes doivent être prises en compte, "avec poids et contexte ". "Le poids et le contexte étaient complètement absents de cette émission. Les jeunes téléspectateurs ont assisté à une fête foraine ou une fête de famille avec six oncles et tantes plus ou moins sympathiques qui, en passant, ont pu traduire leur opinion politique sur la société dans un monde enfantin. Mais dans ce contexte, la figure de Tom Van Grieken et ses idées rances était inappropriée et allait trop loin." Johan Leman, l'ancien directeur du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (aujourd'hui Unia), a également estimé que la manière dont la rédaction a traité Van Grieken n'était pas correcte. La VRT se défend de son côté en déclarant que la sélection du show s'est faite comme pour n'importe quel débat électoral.