"Nous voulons une rupture franche avec le passé. C'est mal parti", a résumé le porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw, à la sortie de la réunion, peu après 19h30. "La discussion a tourné sur des thèmes très généraux, sans réelle remise en cause de la part du PS", a-t-il ajouté. "Nous allons discuter en interne mais je crois qu'il ne faudra pas trop compter sur le PTB pour faire l'appoint" d'une majorité, a encore estimé Raoul Hedebouw.

Les 2 partis devraient néanmoins se revoir dès jeudi. "Nous avons proposé de les revoir ce jeudi à Namur. Nous maintenons notre invitation" malgré l'attitude du PTB, a de son côté assuré le président du PS, Elio Di Rupo. "Ce mardi, nous avons tenté de parler d'avenir alors que le PTB revient sans cesse sur le passé. Nous avons discuté et nous avons des points de rupture mais nous sommes là pour trouver des solutions", à condition que "le PTB soit prêt à assumer ses responsabilités", a-t-il ajouté.