Les pluies diluviennes et les inondations ont provoqué d'énormes ravages et désormais les communes font face à l'ampleur des dégâts. Des conséquences désastreuses qui se répercutent sur "200 communes, à divers degrés", a d'emblée débuté Philippe Henry. Le ministre wallon a précisé que tous les services étaient sur le pont pour venir en aide à la population. "Nous sommes actuellement dans une période de gestion de crise. Tous les services sont mobilisés de jour comme de nuit."

Philippe Henry, Belga
Philippe Henry © Belga

Le ministre s'est rendu sur diverses localités de la province et a pu constater les scènes apocalyptiques. "Un état des lieux n'est pas encore possible, mais petit à petit les services essentiels sont rétablis", rassure-t-il. En visite du côté pont des Grosses Battes à Angleur, il a rappelé que l'Union européenne était prête à apporter son aide à la Belgique.

Le directeur général de la SPW Mobilité et Infrastructures, Étienne Willame, a également fait un point sur la situation des voies navigables. "La priorité est donnée au rétablissement des infrastructures touchées par les crues. La traversée de Liège est impossible après la disparition de deux péniches et nous devons désormais localiser ces deux bateaux. Dans le même temps, nous devons vérifier l'évolution de la situation au niveau de l'écluse de Monsin, qui permet la jonction entre le canal Albert et la Meuse en aval de Liège, pour pouvoir accéder au port pétrolier de Liège." Un travail doit en outre s'organiser afin de déterminer les dégâts le long de ces voies navigables.

., Belga
. © Belga

Concernant la mobilité, Étienne Willame a spécifié la volonté des services de rétablir la circulation à travers Liège et sur la liaison E40 - E25. "Une bande est déjà rouverte à hauteur de Wandre, mais il reste du travail sur les berges en aval de Monsin. Concernant la rive droite, fortement touchée, les opérations vont se réaliser tronçon par tronçon et de manière progressive, au niveau des trémies à Chênée ou encore le tunnel de Kinkempois." Si la portion Chênée-Grosses Battes devrait être accessible en début de semaine prochaine, le travail sur le reste de la liaison continuera avant une réouverture dans plusieurs semaines.

Enfin, le directeur général de la SPW Mobilité et Infrastructures a signalé qu'un ciblage allait être entamé afin d'en savoir plus sur l'état des routes régionales en plus des ponts, des talus et des réseaux d'égouttage.

Les pluies diluviennes et les inondations ont provoqué d'énormes ravages et désormais les communes font face à l'ampleur des dégâts. Des conséquences désastreuses qui se répercutent sur "200 communes, à divers degrés", a d'emblée débuté Philippe Henry. Le ministre wallon a précisé que tous les services étaient sur le pont pour venir en aide à la population. "Nous sommes actuellement dans une période de gestion de crise. Tous les services sont mobilisés de jour comme de nuit." Le ministre s'est rendu sur diverses localités de la province et a pu constater les scènes apocalyptiques. "Un état des lieux n'est pas encore possible, mais petit à petit les services essentiels sont rétablis", rassure-t-il. En visite du côté pont des Grosses Battes à Angleur, il a rappelé que l'Union européenne était prête à apporter son aide à la Belgique. Le directeur général de la SPW Mobilité et Infrastructures, Étienne Willame, a également fait un point sur la situation des voies navigables. "La priorité est donnée au rétablissement des infrastructures touchées par les crues. La traversée de Liège est impossible après la disparition de deux péniches et nous devons désormais localiser ces deux bateaux. Dans le même temps, nous devons vérifier l'évolution de la situation au niveau de l'écluse de Monsin, qui permet la jonction entre le canal Albert et la Meuse en aval de Liège, pour pouvoir accéder au port pétrolier de Liège." Un travail doit en outre s'organiser afin de déterminer les dégâts le long de ces voies navigables. Concernant la mobilité, Étienne Willame a spécifié la volonté des services de rétablir la circulation à travers Liège et sur la liaison E40 - E25. "Une bande est déjà rouverte à hauteur de Wandre, mais il reste du travail sur les berges en aval de Monsin. Concernant la rive droite, fortement touchée, les opérations vont se réaliser tronçon par tronçon et de manière progressive, au niveau des trémies à Chênée ou encore le tunnel de Kinkempois." Si la portion Chênée-Grosses Battes devrait être accessible en début de semaine prochaine, le travail sur le reste de la liaison continuera avant une réouverture dans plusieurs semaines. Enfin, le directeur général de la SPW Mobilité et Infrastructures a signalé qu'un ciblage allait être entamé afin d'en savoir plus sur l'état des routes régionales en plus des ponts, des talus et des réseaux d'égouttage.