Ne vous fiez pas à la particule de son nom. Véronique de Miomandre n'est pas comtesse mais conteuse, avec un joli répertoire de légendes et d'histoires du bout du monde. Elle ne fixe personne de haut. Elle vous regarde droit dans les yeux, avec entrain. Les siens se plissent quand elle sourit. Et elle sourit beaucoup. Sauf lorsqu'elle évoque la peur des filles qu'elle a rencontrées pour son dernier spectacle. Des prostituées du quartier nord de Bruxelles et de l'Alhambra. " Ici, c'est pas un conte de fées, a annoncé l'une d'elles à la conteuse. C'est plutôt la braguette magique. Et si t'as perdu ta pantoufle à minuit, c'est que t'es bourrée... "
...