L'initiative "Smart Villages" (Villages intelligents), lancée par la Commission européenne en avril 2017, vise à résoudre le problème de la dépopulation, à renforcer les prestations de services et à créer des perspectives de croissance dans les zones rurales. Elle a pour objectif de revitaliser les services ruraux - tels que la santé, les services sociaux, l'enseignement, l'énergie, les transports ou le commerce de détail - par l'innovation numérique et sociale pour les rendre plus durables. A travers principalement le déploiement d'outils de technologies de l'information et de la communication (TIC) et grâce à des actions et projets menés par les acteurs locaux.

Le Bureau économique de la Province de Namur (BEP) a notamment accompagné Profondeville, une commune d'un peu plus de 12.000 habitants, dans son dépôt de candidature en tant que Smart village, a expliqué mardi soir le premier échevin, Bernard Dubuisson.

Selon lui, cette récompense s'accompagnera de "moyens modestes", plutôt matériels que financiers - comme des journées de consultance offertes ou des aides aux déplacements en vue d'un "networking" pour mener à bien des projets pilotes.

M. Dubuisson cite notamment le projet de "camions (poubelle) sentinelles" équipés de capteurs pour recueillir des données de manière régulière sur la commune, et une politique de "gouvernance des données" qui pourrait déboucher sur leur meilleure utilisation par l'administration communale, voire la création d'une banque de données accessible au public.

L'initiative "Smart Villages" (Villages intelligents), lancée par la Commission européenne en avril 2017, vise à résoudre le problème de la dépopulation, à renforcer les prestations de services et à créer des perspectives de croissance dans les zones rurales. Elle a pour objectif de revitaliser les services ruraux - tels que la santé, les services sociaux, l'enseignement, l'énergie, les transports ou le commerce de détail - par l'innovation numérique et sociale pour les rendre plus durables. A travers principalement le déploiement d'outils de technologies de l'information et de la communication (TIC) et grâce à des actions et projets menés par les acteurs locaux. Le Bureau économique de la Province de Namur (BEP) a notamment accompagné Profondeville, une commune d'un peu plus de 12.000 habitants, dans son dépôt de candidature en tant que Smart village, a expliqué mardi soir le premier échevin, Bernard Dubuisson. Selon lui, cette récompense s'accompagnera de "moyens modestes", plutôt matériels que financiers - comme des journées de consultance offertes ou des aides aux déplacements en vue d'un "networking" pour mener à bien des projets pilotes. M. Dubuisson cite notamment le projet de "camions (poubelle) sentinelles" équipés de capteurs pour recueillir des données de manière régulière sur la commune, et une politique de "gouvernance des données" qui pourrait déboucher sur leur meilleure utilisation par l'administration communale, voire la création d'une banque de données accessible au public.