L'Inspection économique a également procédé à beaucoup plus d'inspections sur d'éventuels cas d'usure et de profits anormaux. Il y en a eu 342 l'année dernière, contre 64 en 2019, ressort-il des chiffres demandés au ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne (PS) par le député Leen Dierick (CD&V).

Seuls 37 rapports ont par contre été établis sur des violations. M. Dermagne explique que "l'établissement des prix dans notre pays est en principe libre et les profits anormaux sont très difficiles à prouver". "C'est aussi une loi purement belge qui n'est pas opposable aux boutiques en ligne étrangères".

M. Dierick a lui mis en garde contre les malversations liées au "dropshipping", où l'on pense acheter dans une boutique en ligne belge alors que les colis sont envoyés depuis d'autres pays, comme la Chine.

L'Inspection économique a également procédé à beaucoup plus d'inspections sur d'éventuels cas d'usure et de profits anormaux. Il y en a eu 342 l'année dernière, contre 64 en 2019, ressort-il des chiffres demandés au ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne (PS) par le député Leen Dierick (CD&V). Seuls 37 rapports ont par contre été établis sur des violations. M. Dermagne explique que "l'établissement des prix dans notre pays est en principe libre et les profits anormaux sont très difficiles à prouver". "C'est aussi une loi purement belge qui n'est pas opposable aux boutiques en ligne étrangères". M. Dierick a lui mis en garde contre les malversations liées au "dropshipping", où l'on pense acheter dans une boutique en ligne belge alors que les colis sont envoyés depuis d'autres pays, comme la Chine.