Quelque 12.500 jeunes ont défilé à Bruxelles, selon le comptage officiel de la police. La tête du cortège a démarré peu avant 10h30 de la gare du Nord. Les derniers manifestants ont rejoint la gare du Midi vers 13h00. Si les jeunes étaient moins nombreux que jeudi dernier, ils n'en étaient pas moins déterminés. Sur les pancartes des marcheurs on pouvait lire: "T'es bonne sans carbone", "le climat c'est comme la bière, plus il est chaud, moins c'est bon", ou encore "No pollution is the solution".

Au centre de leurs préoccupations, les jeunes citent le plastique, l'accumulation des déchets, la pollution de l'air, le coût élevé des transports publics, le régime fiscal favorable aux voitures de société ou encore l'absence de taxation du kérosène. A Liège, c'est un cortège d'environ 15.000 personnes qui a démarré de la place des Guillemins à 10h30 pour se diriger vers la place du Marché, en passant par la rue des Guillemins, les boulevards d'Avroy et de la Sauvenière, la rue Joffre et la place Saint-Lambert.

Les organisateurs de la version liégeoise de la marche des étudiants pour le climat espéraient réunir 5.000 personnes. Ils avaient par ailleurs déjà négocié avec plus d'une vingtaine d'établissements scolaires pour permettre la participation de ces étudiants. La Ville de Liège avait manifesté son soutien en soulignant qu'aucun élève absent ce jour ne serait sanctionné. La mobilisation ne semble ainsi pas faiblir, au contraire, puisque des écoles primaires se sont jointes au mouvement auquel participent principalement des élèves du secondaire et du supérieur.

A Charleroi, 2.000 jeunes s'étaient donné rendez-vous à 13 heures devant la gare pour entamer leur marche. La plupart d'entre eux ont brossé les cours pour venir manifester mais les écoles se sont montrées souvent conciliantes avec ceux qui voulaient marcher. Certains professeurs ont même encouragé leurs élèves à quitter l'école plus tôt. Parmi les manifestants s'étaient glissés des gilets jaunes et quelques représentants politiques plus ou moins incognito. La marche s'est terminée au pied de l'Hôtel de Ville où elle a été accueillie par le bourgmestre, Paul Magnette. Il a ensuite reçu une importante délégation d'étudiants. A Louvain, plus de 3.000 écoliers et enseignants issus de 27 écoles primaires ont défilé et à Anvers, la 3e édition de l'action a réuni quelque 350 jeunes partis en cortège jusqu'au centre-ville. Arrivés Place de l'Opéra, ils ont formé un cercle et observé une minute de silence, symbolisant "l'enterrement du climat".

A Bruxelles, le comité d'initiative de la pétition "Déclarons l'état d'urgence environnemental" a appelé ce jeudi "tous les fonctionnaires et employés du public travaillant à Bruxelles à rejoindre la manifestation des jeunes pour le climat pendant leur pause de midi".