En 2015, sur 422 jeunes militaires qui se sont engagés au sein de la composante Terre, 82 l'ont ensuite quitté, ce qui représente une attrition de 19,43%. En 2016, 583 hommes et femmes ont été incorporés et les départs s'élèvent à 66 (soit 11,32%), a précisé M. Vandeput en réponse à une question écrite du député Alain Top (sp.a). M. Vandeput (N-VA) ne précise toutefois pas dans quels délais ces départs ont eu lieu ni la catégorie (officiers, sous-officiers ou volontaires) des militaires concernés ni les motifs présumés. Au sein de la composante Air, l'attrition s'est élevée à 10,53% (douze départs sur 114 incorporations) en 2015 et à 5,80% (huit sur 138) en 2016.

La Marine est moins frappée par le phénomène puisque 6,25% de ses recrues (quatre sur 64) ont raccroché en 2015 et 8% (six sur 75) en 2016. La composante médicale est celle qui enregistre les taux d'attrition les plus faibles, avec 8,82% (soit trois départs sur 34 personnes recrutées) en 2015 et 1,72% (un sur 58) en 2016. M. Vandeput mentionne enfin une catégorie de "non répartis", qui a connu une attrition de 14,95% (seize sur 107) en 2015 et de 11,01% (douze sur 108) en 2016.

En 2015, sur 422 jeunes militaires qui se sont engagés au sein de la composante Terre, 82 l'ont ensuite quitté, ce qui représente une attrition de 19,43%. En 2016, 583 hommes et femmes ont été incorporés et les départs s'élèvent à 66 (soit 11,32%), a précisé M. Vandeput en réponse à une question écrite du député Alain Top (sp.a). M. Vandeput (N-VA) ne précise toutefois pas dans quels délais ces départs ont eu lieu ni la catégorie (officiers, sous-officiers ou volontaires) des militaires concernés ni les motifs présumés. Au sein de la composante Air, l'attrition s'est élevée à 10,53% (douze départs sur 114 incorporations) en 2015 et à 5,80% (huit sur 138) en 2016. La Marine est moins frappée par le phénomène puisque 6,25% de ses recrues (quatre sur 64) ont raccroché en 2015 et 8% (six sur 75) en 2016. La composante médicale est celle qui enregistre les taux d'attrition les plus faibles, avec 8,82% (soit trois départs sur 34 personnes recrutées) en 2015 et 1,72% (un sur 58) en 2016. M. Vandeput mentionne enfin une catégorie de "non répartis", qui a connu une attrition de 14,95% (seize sur 107) en 2015 et de 11,01% (douze sur 108) en 2016.