Le ministre-président était appelé à faire le point sur le prétendu "couac" dans les contacts avec l'ASBL Digital for Youth.be, et sur l'approvisionnement actuel en PC pour les élèves défavorisés, à la suite de questions orales des députés Michele Di Mattia (PS), Marie-Martine Schyns (cdH) et Kalvin Soiresse Njall (Ecolo).

Digital for Youth.be est une ASBL qui avait lancé à la mi-mars un appel aux dons d'ordinateurs d'occasion pour pouvoir les reconditionner et y installer les logiciels nécessaires, de telle sorte qu'ils puissent ensuite servir aux écoliers confinés qui n'ont pas chez eux le matériel nécessaire pour accéder aux plateformes numériques d'enseignement. Alors que l'association était entre autres en contact avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, on apprenait en avril que la quasi totalité de son offre allait finalement partir vers l'enseignement flamand. "La FWB a mis un point d'honneur à agir dans le parfait respect des règles légales", a indiqué lundi Pierre-Yves Jeholet, qui rappelle aussi que l'offre de l'ASBL n'était pas gratuite et qu'elle n'offrait à l'époque aucune garantie du nombre exact d'ordinateurs à recevoir.

La Fédération Wallonie-Bruxelles est finalement passée par un marché public (auquel Digital for Youth n'a pas participé), qui a mené à l'achat auprès d'autres acteurs de 1.390 PC pour 306.500 euros, qui sont en cours de livraison. Parallèlement, 545 PC ont été offerts à la FWB par Ethias et Engie, ce qui fait qu'un total de près de 2.000 PC va être distribué dans les prochains jours. Le cabinet Jeholet a également repris contact avec Digital for Youth.be, a indiqué lundi le ministre-président.

L'ASBL a indiqué tout mettre en oeuvre pour offrir pour fin mai un certain nombre de PC reconditionnés, sur base de donations et à titre gratuit, cette fois

La proposition doit encore être discutée, ajoute-t-il. Quant aux ordinateurs déjà obtenus (1.935), 80% d'entre eux iront à l'enseignement obligatoire et 20% à l'enseignement de promotion sociale, a détaillé le ministre-président. Ils y seront répartis entre les différents réseaux d'enseignement en fonction de leur importance respective, et chacun de ces réseaux devra distribuer les PC selon des critères préétablis, pour privilégier les écoles "aux indices socio-économiques les plus faibles et ayant mis en place une plateforme d'enseignement en ligne".

Le ministre-président était appelé à faire le point sur le prétendu "couac" dans les contacts avec l'ASBL Digital for Youth.be, et sur l'approvisionnement actuel en PC pour les élèves défavorisés, à la suite de questions orales des députés Michele Di Mattia (PS), Marie-Martine Schyns (cdH) et Kalvin Soiresse Njall (Ecolo). Digital for Youth.be est une ASBL qui avait lancé à la mi-mars un appel aux dons d'ordinateurs d'occasion pour pouvoir les reconditionner et y installer les logiciels nécessaires, de telle sorte qu'ils puissent ensuite servir aux écoliers confinés qui n'ont pas chez eux le matériel nécessaire pour accéder aux plateformes numériques d'enseignement. Alors que l'association était entre autres en contact avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, on apprenait en avril que la quasi totalité de son offre allait finalement partir vers l'enseignement flamand. "La FWB a mis un point d'honneur à agir dans le parfait respect des règles légales", a indiqué lundi Pierre-Yves Jeholet, qui rappelle aussi que l'offre de l'ASBL n'était pas gratuite et qu'elle n'offrait à l'époque aucune garantie du nombre exact d'ordinateurs à recevoir. La Fédération Wallonie-Bruxelles est finalement passée par un marché public (auquel Digital for Youth n'a pas participé), qui a mené à l'achat auprès d'autres acteurs de 1.390 PC pour 306.500 euros, qui sont en cours de livraison. Parallèlement, 545 PC ont été offerts à la FWB par Ethias et Engie, ce qui fait qu'un total de près de 2.000 PC va être distribué dans les prochains jours. Le cabinet Jeholet a également repris contact avec Digital for Youth.be, a indiqué lundi le ministre-président. La proposition doit encore être discutée, ajoute-t-il. Quant aux ordinateurs déjà obtenus (1.935), 80% d'entre eux iront à l'enseignement obligatoire et 20% à l'enseignement de promotion sociale, a détaillé le ministre-président. Ils y seront répartis entre les différents réseaux d'enseignement en fonction de leur importance respective, et chacun de ces réseaux devra distribuer les PC selon des critères préétablis, pour privilégier les écoles "aux indices socio-économiques les plus faibles et ayant mis en place une plateforme d'enseignement en ligne".