L'affaire du PFOS continuera à agiter la Flandre pendant un certain temps encore, et à juste titre. Mais avouez-le : jusqu'à récemment, vous n'aviez même pas conscience de la nocivité du "perfluorooctanesulfonique". Les dernières informations parues dans les médias avant le printemps 2021 datent d'il y a vingt ans.
...

L'affaire du PFOS continuera à agiter la Flandre pendant un certain temps encore, et à juste titre. Mais avouez-le : jusqu'à récemment, vous n'aviez même pas conscience de la nocivité du "perfluorooctanesulfonique". Les dernières informations parues dans les médias avant le printemps 2021 datent d'il y a vingt ans.Jusqu'à ce qu'entre en scène Zuhal Demir, femme politique de la N-VA et ministre flamande de la Justice, du Contrôle, de l'Environnement, de l'Énergie et du Tourisme, communément appelée "ministre flamande de l'Environnement". Elle se retrouve soudain confrontée à un dossier qui traîne depuis l'époque des gouvernements flamands de Patrick Dewael (1999-2003) et de Bart Somers (2003-2004). Cependant, le PFOS était devenu un sujet de plus en plus important dans le débat public à l'étranger, il avait disparu des radars en Flandre. C'est principalement l'organisation publique flamande de gestion des déchets OVAM qui suivait le dossier. Pendant deux décennies, le dossier n'était pas suffisamment important pour se retrouver sur la table du gouvernement. Pas même un fonctionnaire ou un scientifique n'a jugé les PFOS suffisamment dangereux pour soulever la question auprès de l'opposition politique ou alimenter un journaliste intéressé. Le silence était total. Aussi, lorsque la question est revenue sur le tapis au Parlement flamand à la fin du mois de mars 2021, personne ne s'est douté qu'il s'agissait de dynamite politique. Demir parlait encore d'un sujet " très compliqué, mais aussi passionnant".Puis les choses ont évolué très rapidement. Entre-temps, le gouvernement flamand est entré en action : Karl Vrancken, de l'institut de recherche VITO, a été désigné pour prendre en charge le dossier des PFOS et il a été décidé que des auditions seraient organisées au Parlement. Le mercredi 9 juin, Zuhal Demir a lancé sa boule de bowling très personnelle en plaidant pour une véritable "commission d'enquête" - et ce faisant, d'un seul coup, elle a renversé les quilles soigneusement disposées par la majorité.Elle l'a fait délibérément. Évidemment. Les quilles du Parlement flamand sont placées selon une certaine logique. L'accent est mis sur l'intérieur, sur la politique. Il s'agit presque toujours de mener l'opposition par le bout du nez, ou de contrôler "politiquement" le problème. Dans ce cas, le vrai problème n'est pas la pollution à Zwijndrecht, mais les dommages politiques possibles pour les partis au pouvoir, et leur préjudice d'image.Comme souvent, le gouvernement flamand a veillé à ce que la responsabilité de cette pollution historique puisse être (au moins temporairement) externalisée. Ils ont tenté à nouveau ce qu'ils avaient déjà réussi à faire avec Oosterweel : l'idée de confier ce méga-dossier, devenu ingérable, à un "manager" n'avait suscité que des éloges. Un intendant est un spécialiste externe qui essaie de réunir toutes les parties concernées autour de la table pour les mettre sur la même longueur d'onde. Aujourd'hui, cette formule miracle a de nouveau été choisie.En même temps, le Parlement flamand est autorisé à organiser des audiences relativement inoffensives. C'est mieux que les ennuyeuses commissions d'enquête, que la Chambre ose utiliser de temps en temps. La dernière fois que le Parlement flamand a nommé une commission de recherche remonte au printemps 2000. Vite en besogne?Les partis actuellement majoritaires - le CD&V, l'Open VLD et sa propre N-VA - ne pouvaient pas s'attendre à la proposition soudaine de Demir de créer une véritable commission d'enquête. Même l'opposition n'en avait pas tenu compte, mais a évidemment soutenu cette opportunité inattendue. Cela a rendu furieux les dirigeants du CD&V et d'Open VLD. Le ministre-président a donc fait ce que l'on attend d'un chef de gouvernement selon les scénarios habituels de la politique belge: Jan Jambon est intervenu auprès des démocrates-chrétiens et des libéraux, et a infligé à Demir une légère réprimande - elle avait "été vite en besogne". Elle l'avait évidemment été.Dès le lendemain matin, les caméras et les micros étaient pointés sur Demir pour lui demander une réaction à son arrivée au Conseil des ministres. C'est toujours ennuyeux pour un ministre réprimandé, et cela donne aussi à (certains) journalistes un certain sentiment de pouvoir : baisser docilement la tête est la moindre des choses pour un politicien assiégé. Demir savait ce qui l'attendait. Mais elle a choisi l'attaque. Pour la phrase qui tue : "Vite en besogne? Après vingt ans ?"Sans se retourner, elle est entrée dans le bâtiment. Les critiques qui suivraient encore dans le giron du gouvernement n'avaient déjà plus d'importance. Rarement une femme politique ayant délibérément enfreint des règles élémentaires n'aura suscité autant de sympathie. Dans le cas de Zuhal Demir, ce ne sont même pas les partisans traditionnels de la N-VA qui l'ont applaudie sur les réseaux sociaux. Ce sont plutôt des faiseurs d'opinion connus, sans pedigree nationaliste flamand, qui ont spontanément exprimé leur appréciation pour une ministre qui a choisi l'approche directe et dure d'un dossier qui traînait depuis vingt ans plutôt que le respect des mécanismes traditionnels de consultation.Jonathan Holslag, professeur à la VUB et chroniqueur à Knack : "Il vaut mieux prendre conscience du problème tardivement que pas du tout. C'est un héritage difficile, ne renoncez pas, Zuhal Demir". Le médecin et pneumologue Wouter Arrazola de Oñate a également pris parti : "Health in All Policies figure dans votre accord de coalition, Jan Jambon, et dans la déclaration politique de Wouter Beke. En quoi la position de Zuhal Demir sur les SPFO serait-elle donc "trop avancée" ? Le caricaturiste Lectrr : "Il est rafraîchissant de voir enfin quelqu'un se moquer de la particratie et s'attaquer à la question et aux intérêts du peuple". Indra Dewitte, rédactrice en chef du Belang van Limburg : "Quelle tristesse que les partis majoritaires fassent maintenant tout pour remettre Zuhal Demir à sa place parce qu'elle n'est pas loyale et qu'elle va trop vite en besogne. Cela en dit plus sur ces partis que sur la ministre".À la consternation de la droite flamande, le soutien est venu de ... Marc Van Ranst. "Enfin une ministre qui s'attaque à la pollution. Et maintenant, on la rappelle à l'ordre?" a tweeté le virologue. Interrogé à ce sujet - il existe encore des Flamands progressistes qui ne considèrent jamais un compliment d'un membre de la N-VA comme évident-, Van Ranst a exprimé son appréciation pour les "politiques qui, si nécessaire contre vents et marées, se consacrent à l'environnement et à la santé de notre population. Peu importe alors le parti auquel ils appartiennent."Les critiques des partis et des politiciens qui ont attaqué Zuhal Demir sont donc revenues comme un boomerang. Lectrr, Dewitte ou Van Ranst portent plus ou moins le même message : oui, la ministre a enfreint les règles - mais elle l'a fait pour de bonnes raisons. En ce sens, la N-VA peut enfin proposer à nouveau un politicien anti-système crédible. En ce sens, Mme Demir a renforcé l'ADN de la N-VA par sa performance, même si c'était en s'opposant à son collègue de parti Jan Jambon.Un tout petit peu la guerre Zuhal Demir n'est pas une sainte vierge. Tout au long de sa carrière, l'obstination et le feeling politique sont allés de pair avec une ambition à peine répressible et une volonté de plaire aux bons médias. En même temps, elle montre à maintes reprises qu'elle a un avantage sur de nombreux autres politiciens : elle fait de la politique sous un angle différent. Son cadre n'est pas les tribunaux ou l'establishment politique, mais "ce que pense le Flamand modal". Même si ce Fleming modal n'existe pas vraiment, le concept fonctionne.Elle part rarement de la logique du droit, des coutumes, de l'ensemble des règles qui sont pourtant souvent utiles. Par exemple que les partenaires de la coalition doivent se concerter avant les décisions importantes et tenir compte des sensibilités. Si ce n'est pas le cas, vous vous retrouvez rapidement dans ce que l'on appelle "cabinet qui se chamaille". Depuis le gouvernement Michel, personne ne veut revenir à cette situation. Mais cette saine concertation interne peut aussi rendre la politique laxiste. Les discussions n'ont pas vraiment lieu, les mesures sont mises en veilleuse, les sujets intéressants sont renvoyés à des groupes de travail dits inter-cabinets ou à d'autres consultations de la majorité.Zuhal Demir préfère regarder la politique belge avec les yeux d'un outsider et c'est dans cette optique qu'elle agit. Et elle ose. Si la politique est une guerre, elle est la peshmerga de la N-VA. Elle a le look et le gabarit des peshmerga du Kurdistan, les femmes soldats avec leurs fusils automatiques. Elle aussi mène son combat politique à sa manière. Elle maîtrise l'art de la "petite guerre".En tant que ministre flamande de l'Environnement, Demir mise sur les thèmes verts. Demir l'a fait en protégeant la Groene Delle, une zone naturelle humide à Hasselt et Lummen. Celle-ci devait se transformer en zone industrielle, mais cela ne s'est pas fait. Les employeurs ont réagi de manière "extrêmement déçue" à cette décision : "Manifestement, en temps de crise, l'emploi est d'une importance mineure".Demir a également choisi de protéger "le loup" et a renforcé l'inspection de la nature. Elle est remarquablement réticente à accorder des permis pour les étables gigantesques. Elle a fait appel contre le permis de construire d'un club de chasse dans une zone de dunes protégée.Bien sûr, Demir ne peut être que "différente" parce que dans les questions socio-économiques ou identitaires essentielles, elle suit presque toujours la ligne classique de la N-VA et contribue même à la façonner elle-même. En tant que ministre de l'Environnement, elle ne professe pas l'écologisme urbain des partis verts et montre remarquablement peu de zèle pour le climat. Mais elle mène une politique que de nombreux amoureux de la nature peuvent apprécier. Et dans l'affaire Zwijndrecht, elle a demandé d'enquêter de manière approfondie sur les raisons pour lesquelles, pendant vingt ans, si peu de choses ont changé face à une pollution connue. De nombreux Flamands se posent la même question. Demir s'est également montrée préoccupée par les personnes qui mangent depuis de nombreuses années des oeufs potentiellement toxiques pondus par leurs poules.Femme fataleZuhal Demir a gravi les échelons pour devenir l'une des stars politiques de son parti d'une manière peu conventionnelle, mais souvent crédible. Elle apporte à elle seule l'élargissement que le président Bart De Wever recherche depuis 2014. À l'époque, la N-VA obtenait 32,5 % des votes des néerlandophones, sept ans plus tard, le parti est tombé à un quart des électeurs. S'il veut s'élargir à nouveau, il semble vain de courir après la droite : Le Vlaams Belang y est plus fort que jamais.Une alimentation sûre pour sa famille : dans notre société moderne, il y a longtemps que ce n'est plus une question de droite ou de gauche. Et pourquoi la lutte contre la pollution devrait-elle encore être exclusivement de gauche ? Pourquoi Zuhal Demir ne serait-elle pas une star de la N-VA qui, de temps à autre, mène un combat et prend des positions auxquelles de nombreux Flamands progressistes peuvent s'identifier ? Cela fait-il d'elle une femme fatale dangereusement ambitieuse au Parlement ou, au contraire, une voix flamande kurde libre dans le débat politique ?