L'espérance de vie en Belgique augmente. Les chiffres du SPF Économie révèlent qu'en 2016 le Belge moyen avait une espérance de vie de 81 ans et 5 mois. C'est en Flandre (82 ans et 5 mois) que l'espérance de vie est la plus élevée, suivie de Bruxelles (81 ans et 54 mois) et de la Wallonie (79 ans et 8 mois).
...

L'espérance de vie en Belgique augmente. Les chiffres du SPF Économie révèlent qu'en 2016 le Belge moyen avait une espérance de vie de 81 ans et 5 mois. C'est en Flandre (82 ans et 5 mois) que l'espérance de vie est la plus élevée, suivie de Bruxelles (81 ans et 54 mois) et de la Wallonie (79 ans et 8 mois). Le Hainaut affiche l'espérance de vie la plus faible de Belgique. En 2016, les Hainuyers atteignaient la moyenne d'âge de 78 ans et 8 moins, soit près de trois ans de moins que la moyenne nationale. De plus, l'écart se creuse avec le reste du pays. Les hommes sont particulièrement touchés. Leur espérance de vie ne dépasse pas les 75 ans et 8 mois, un chiffre plus proche de l'espérance de vie d'hommes au Mexique ou en Iran que d'une région d'Europe occidentale. Geneviève Houioux, directrice du service d'étude de l'Observatoire de la Santé du Hainaut, impute cette différence aux facteurs socio-économiques. "Les anciens bassins industriels, qui affichent le taux de pauvreté le plus élevé, sont très touchés. Comme le niveau de formation y est plus bas, le comportement à risque est plus fréquent parmi la population. Les gens mangent moins sainement, fument et boivent davantage et font moins d'exercice. C'est pourquoi il y a plus de maladies cardio-vasculaires, de cancer et de diabète par habitant dans cette province.""Par rapport aux autres provinces belges, le Hainaut est à la traîne pour tous les indicateurs de santé", déclare Houioux. Une étude de l'Observatoire révèle que les Hainuyers se sentent plus souvent en mauvaise santé que les autres habitants du pays. Ils meurent plus souvent jeunes : dans le Hainaut, il y a 38% de morts de moins de 65 ans en plus que dans le reste de la Belgique. La province compte également le plus d'invalides et leur nombre augmente encore plus rapidement que dans le reste du pays. Et en plus, le Hainaut souffre d'un manque de généralistes. Un problème qui ne fera probablement que s'aggraver, puisque 61% des médecins hainuyers ont plus de 55 ans. L'avenir de l'Observatoire de la Santé du Hainaut, qui travaille avec les administrations communales et les CPAS pour les formations et la prévention, est incertain. Lors de la sixième réforme de l'état, on a régionalisé la prévention santé. En outre, le nouveau gouvernement wallon souhaite supprimer le niveau provincial auquel appartiennent les différents observatoires. "Nous sommes très inquiets pour l'avenir", reconnaît Houioux. "Nous travaillons déjà avec des moyens modestes. Des économies supplémentaires rendraient notre travail beaucoup plus difficile."