La campagne de vaccination contre le covid suit son cours en Belgique. À l'heure actuelle, un cinquième de la population a reçu sa première dose de vaccin, soit 2.290.268 Belges, et à peine 6,2% sont aujourd'hui entièrement vaccinés contre le covid (c'est-à-dire 710.858 Belges).
...

La campagne de vaccination contre le covid suit son cours en Belgique. À l'heure actuelle, un cinquième de la population a reçu sa première dose de vaccin, soit 2.290.268 Belges, et à peine 6,2% sont aujourd'hui entièrement vaccinés contre le covid (c'est-à-dire 710.858 Belges).Des chiffres qui placent donc la Belgique en 9e position dans l'Union européenne pour la distribution de la 1ère dose, et en 22e position pour la distribution des deux doses, selon les dernières données disponibles sur le site Our World in Data.Mais qui sont ces Belges vaccinés ? Si l'on suit la stratégie de vaccination belge, on sait que la priorité a été donnée aux personnes âgées de plus de 85 ans, au personnel de soins de santé et désormais aux personnes avec comorbidité(s). Or, qu'ils aient reçu une ou deux doses, une tendance se dessine tout particulièrement : il y a plus de femmes que d'hommes qui sont aujourd'hui vaccinées.Parmi les Belges entièrement vaccinés, seuls 30,7% sont des hommes, contre 69,3% de femmes, selon les derniers chiffres publiés par Sciensano. Même constat du côté de la 1ère dose administrée : 39,1% sont des hommes, contre 60,9% de femmes. Mais comment expliquer une telle différence ?En dressant le portrait de la population belge, on sait qu'elle est composée d'un peu plus de femmes que d'hommes : il y a 50,8% de personnes de sexe féminin, contre 49,2% de personnes de sexe masculin, selon l'office belge de statistique Statbel. Des proportions qui restent relativement équivalentes, cette donnée ne suffit donc pas à expliquer une telle différence au niveau de la vaccination.Pour comprendre d'où viennent ces chiffres, il faut s'intéresser de plus près à la stratégie de vaccination belge.Comme beaucoup de pays européens, la Belgique a opté pour une stratégie de vaccination qui donne la priorité aux personnes les plus fragiles. Ainsi, les premières personnes à avoir reçu leurs deux doses de vaccin sont les résidents de maisons de repos. En particulier les personnes âgées de plus de 85 ans, dans un premier temps, puis celles âgées de 75 ans et plus.Or en Belgique, les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes. Dans la pyramide des âges réalisée par Statbel, on constate donc une population vieillissante plus féminine, avec par exemple 138.933 femmes âgées de 85 à 89 ans, contre 78.809 hommesdansla même tranche d'âge."Plus on monte dans les années, plus il y a de femmes. Cette différence se traduit dans le taux de vaccination", explique Brecht Devleesschauwer, de Sciensano, à nos confrères de la VRT. Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à vivre dans des maisons de repos, indique encore l'expert.Outre les résidents de maisons de repos, les autorités ont également donné la priorité au personnel soignant. Or, la majorité (78,6%) des personnes travaillant en tant que personnel des soins de santé sont des femmes, toujours selon Statbel.Si parmi les médecins, on retrouve 51,65% d'hommes pour 48,35% de femmes, du côté des infirmiers et des aides-soignants, la tendance s'inverse et ce, de manière drastique. Il y a respectivement 14,60% et 9,18% de prestataires masculins, contre 85,40% et 90,82 % de prestataires féminins. Ici encore, les femmes sont plus nombreuses.Néanmoins, le lancement des prochaines étapes de la vaccination, à commencer par la vaccination des personnes avec comorbidité(s) qui a démarré début du mois d'avril, devrait rétablir un certain équilibre. Cet écart devrait en effet se résorber petit à petit à mesure que davantage de personnes seront vaccinées.