Coronavirus ou pas, l'OTAN nécessitera bientôt plus d'attention. Tous les États membres de l'OTAN se sont engagés à affecter des fonds suffisants à la défense d'ici 2024. "La Belgique est loin de respecter les accords conclus", déclare l'expert budgétaire Herman Matthijs (VUB et Université de Gand). "Nous sommes même en queue de peloton." Cédric Maes, le porte-parole de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS), confirme : "Nous n'atteindrons pas les objectifs, et nous sommes en paix avec cela".
...

Coronavirus ou pas, l'OTAN nécessitera bientôt plus d'attention. Tous les États membres de l'OTAN se sont engagés à affecter des fonds suffisants à la défense d'ici 2024. "La Belgique est loin de respecter les accords conclus", déclare l'expert budgétaire Herman Matthijs (VUB et Université de Gand). "Nous sommes même en queue de peloton." Cédric Maes, le porte-parole de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS), confirme : "Nous n'atteindrons pas les objectifs, et nous sommes en paix avec cela".Lors du sommet de l'OTAN au Pays de Galles en 2014, les États membres de l'OTAN ont pris deux engagements. Premièrement, ils porteraient les dépenses de défense à 2 % de leur produit intérieur brut (PIB, ce que nous produisons tous en biens et services) au cours de la décennie. Deux : au cours de la même période, ils consacreraient 20 % de ces dépenses en équipements militaires. Cela s'est fait avec l'accord du Premier ministre belge de l'époque, Elio Di Rupo (PS), qui dirigeait un gouvernement composé de socialistes, de libéraux et de chrétiens-démocrates.Matthijs : "En 2014, à peine trois États membres ont atteint l'objectif budgétaire: les États-Unis et le Royaume-Uni - des puissances traditionnellement militaires - et la Grèce qui, compte tenu de la situation politique sur l'île de Chypre, tient compte en permanence de menaces turques."Cette année-là, la Belgique a consacré 0,9 % de son PIB à la défense. Seules la Lettonie, la Hongrie et l'Espagne ont dépensé aussi peu, tandis que la Lituanie et le Luxembourg ont investi encore moins."Depuis, de nombreux pays ont atteint la norme des 2 %", déclare Matthijs. "La Pologne et l'Estonie l'ont fait pour la première fois en 2015, la Lettonie en 2018 et la Lituanie en 2019. La Norvège, la France, la Slovaquie et la Roumanie ont suivi en 2020. Bien sûr, pour la plupart de ces pays, la menace russe était la principale motivation, mais cela signifie que 11 des 29 États membres de l'OTAN ont déjà respecté l'accord. Je n'inclus pas l'Islande, qui n'a pas de force militaire, mais seulement un petit garde-côte.""En outre, toute une série de pays ont progressé : la Turquie, la Hongrie, la Croatie et le Monténégro dépensent déjà plus de 1,8 % pour la défense". Un certain nombre de grands pays vont également dans la bonne direction : L'Allemagne dépense 1,56 %, les Pays-Bas 1,49 %, le Canada 1,42 % et l'Italie 1,39 %.Pas si grave Et la Belgique ? "Nous étions toujours juste en dessous de 1% du PIB", dit Matthijs. L'année dernière, nous l'avons dépassé de peu et avons fini à 1,07 %. Nous dépensons proportionnellement deux fois moins en défense que les Pays-Bas et l'Allemagne. Matthijs acquiesce : "Seul le Grand-Duché de Luxembourg, qui compte 550 000 habitants et une armée de 800 hommes, fait moins bien, avec 0,57 %."Si notre pays veut atteindre la norme de 2 % d'ici 2024, il devra consacrer, dans chacune des années à venir, 4 milliards d'euros de plus qu'aujourd'hui à la défense. C'est un grand défi pour le gouvernement De Croo, d'autant plus que nous sortons de la crise sanitaire bien plus mal que nos voisins et que nous terminerons l'année 2020 avec un déficit budgétaire de 42 milliards, soit près de 10 % du PIB."La norme de 2% est inatteignable pour le budget belge à l'horizon 2024", déclare Cédric Maes. Nous n'allons pas non plus fournir d'effort particulier. En 2021, nous voulons consacrer 1,14 % du PIB à la défense. Si nous atteignons 1,24 % en 2024, nous serons très satisfaits".Les calculs du professeur Matthijs révèlent que les États-Unis contribuent encore excessivement à l'OTAN. Ces dernières décennies, les présidents américains ont régulièrement insisté pour que les États européens membres de l'OTAN consacrent davantage d'argent à la défense. À présent que les tensions avec la Russie augmentent, cette pression ne fera qu'augmenter. Et cela vaut certainement pour la Belgique, qui se trouve tout en bas de la liste, ne progresse guère et ne s'en soucie même pas vraiment.Lanterne rouge Le deuxième objectif du Pays de Galles - 20 % des dépenses doivent être consacrées aux équipements de défense (et non aux frais de personnel, aux pensions, etc.) - est moins exigeant. Matthijs : "En 2014, sept États membres l'avaient déjà atteint : le Royaume-Uni, la Norvège, l'Estonie, la France, le Luxembourg, les États-Unis et la Turquie - ces deux derniers pays étaient même au-dessus de la barre des 25 %. En 2015, la Lituanie et la Pologne ont rejoint le groupe, en 2016 la Roumanie, en 2017 l'Italie et l'Espagne, en 2018 la Lettonie et la Slovaquie, en 2019 la Bulgarie, la Hongrie et les Pays-Bas, et en 2020 le Danemark et le Monténégro, mais la Bulgarie est repassée sous le seuil de 25%. Cela nous amène à 18 des 29 États membres"."La Bulgarie, le Canada, l'Allemagne, la République tchèque et le Portugal consacrent désormais entre 15 et 20 % de leurs dépenses à l'équipement militaire. Ils peuvent atteindre l'objectif de l'OTAN dans les prochaines années", déclare Matthijs.Et où se trouve la Belgique ? "En 2014, notre pays dépensait 3,52 % en équipements militaires, aujourd'hui 10,4 %. Seules la Croatie et la Slovénie font pire, avec respectivement 10,3 et 4,6%.''Le porte-parole Cédric Maes est catégorique : "Notre chiffre passera à 18 % dans les prochaines années, notamment grâce à l'arrivée des premières factures pour les avions de combat F35 et les nouvelles frégates."Conclusion Matthijs : "Au moment du sommet du Pays de Galles, seuls le Royaume-Uni et les États-Unis avaient atteint les deux objectifs de l'accord du Pays de Galles. En 2015, la Pologne a adhéré, en 2019 la Bulgarie et la Lituanie ont suivi, et en 2020 l'Estonie, la France, la Norvège, la Roumanie et la Slovaquie. Ainsi, 10 des 29 États membres de l'OTAN respectent déjà ces deux engagements aujourd'hui".Globalement, la Belgique est plus ou moins en queue de peloton. Le Luxembourg, seul pays derrière nous en ce qui concerne la norme des 2%, est en tête lorsqu'il s'agit d'investir dans les équipements militaires, avec pas moins de 52,5% de ses dépenses. Et les deux seuls pays derrière la Belgique en matière d'équipements militaires sont la Croatie et la Slovénie, mais ils obtiennent de (bien) meilleurs résultats que nous pour la norme de 2%. En bref, la Belgique est le plus mauvais élève de la classe.Il doit être clair que la contribution belge à l'OTAN est insuffisante et que les gouvernements fédéraux des dernières décennies en sont responsables. Nous sommes l'un des rares pays qui ne respecteront pas les accords gallois, et de loin."La question est de savoir si nous pouvons maintenir cette situation. En fin de compte, les Américains ne seront pas les seuls à faire monter la pression. Les membres de l'OTAN qui font des efforts budgétaires souligneront aussi de plus en plus les obligations de la Belgique. Et tout cela alors que nous sommes la base de l'OTAN et de son centre de commandement central, le SHAPE."