"Un aveugle pourrait le voir", a commenté M. Somers interrogé lors du journal télévisé dominical de VTM. "Ils (la N-VA) ont une trajectoire et une histoire qui montrent qu'ils fuient leur responsabilité au niveau fédéral", a-t-il attaqué, laissant ainsi entendre en creux que seule une majorité arc-en-ciel était désormais possible.

L'informateur Paul Magnette, président du PS, est attendu lundi après-midi au palais royal pour un nouveau rapport au chef de l'Etat après ses consultations avec dix partis autour d'une série de projets politiques qui pourraient fédérer des partenaires dans un prochain exécutif fédéral.

Sur base des résultats des élections du 26 mai dernier, seules deux coalitions sont possibles: soit une alliance entre socialistes, libéraux et nationalistes flamands, soit un arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes) élargi au CD&V. Cette seconde éventualité ne disposerait toutefois pas d'une majorité parmi les députés flamands à la Chambre.

Hormis le plaidoyer de Mathias De Clercq, bourgmestre de Gand où il a formé une majorité arc-en-ciel, l'Open Vld jugeait depuis le scrutin que PS et N-VA, vu leur poids électoral, avaient pour devoir de s'associer pour gouverner le pays. La sortie de Bart Somers semble démontrer un changement de position des libéraux flamands.

"En raison de l'attitude irresponsable de la N-VA au niveau fédéral, la situation devient chaque jour un peu plus compliquée", s'est justifié Bart Somers. "Je ne peux que le déplorer. Cette attitude contraste avec leur attitude au niveau flamand ou local".

Pour M. Somers, il est évident que les nationalistes flamands ne veulent pas monter dans un attelage fédéral à la lumière des déclarations de plusieurs de ses membres ces dernières semaines. Pour lui, la manière dont la N-VA se profile montre qu'elle souhaite se soustraire à ses responsabilités, et par là faire un bond en arrière dans le temps.

Bart Somers rappelle ainsi la démission de la N-VA du gouvernement Michel l'an dernier, ainsi que sa non-participation à la 6e réforme de l'Etat.

"Ils ne veulent pas se mouiller pour un gouvernement fédéral dont la population et les entreprises ont tant besoin".

"L'Open Vld affaiblit la position de négociation de la Flandre"

La N-VA a accusé dimanche l'Open Vld d'affaiblir la position de négociation de la Flandre et de renforcer en même temps celle du PS à un moment crucial des discussions après les attaques, dimanche midi, du ministre libéral Bart Somers envers elle.

Pour le vice-président de la N-VA Lorin Parys, pareils propos de M. Somers sont "incompréhensibles". La N-VA se demande d'ailleurs si ceux-ci jouissent d'un vrai soutien au sein de l'Open Vld.

Interrogé dimanche à la mi-journée par VTM, M. Somers avait estimé avec virulence qu'il est à présent clair que la N-VA ne souhaite nullement participer à un exécutif fédéral, semblant ainsi préconiser par élimination à la mise sur pied d'une majorité arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes), complétée par le CD&V. Et dans la Libre de samedi, la ministre libérale flamande Maggie De Block n'excluait d'ailleurs pas non plus la mise sur pied d'un arc-en-ciel au niveau fédéral.

Pour Lorin Parys, les déclarations successives d'éminences Vld sont clairement "orchestrées". La semaine dernière, M. Parys avait déjà dit ne pas pouvoir croire que les libéraux flamands s'associeraient au PS ainsi qu'aux écologistes.

"Si l'Open Vld dit non à un arc-en-ciel, Magnette ne pourra alors que choisir pour une alliance avec les libéraux et la N-VA", analyse M. Parys.

"Notre intention est de calquer l'accord de majorité fédéral sur le flamand et mettre le cap sur le modèle des pays du nord de l'Europe. Somers, par ses déclarations, donne aujourd'hui de l'élan à Magnette et aux francophones pour nous amener vers le modèle des pays du sud de l'Eruope. Les propositions de Magnette ne sont pas bonnes pour les Flamands. Ils veulent ouvrir le robinet des dépenses et de l'endettement".

Pour le vice-président de la N-VA, il est dès lors important que tous les partis "jouent la même partition dans l'intérêt des Flamands. J'espère que nous pourrons à nouveau négocier demain avec l'Open Vld sur un accord de majorité fédéral dans le droit fil de celui conclu pour la Flandre", conclut M. Parys.

"Un aveugle pourrait le voir", a commenté M. Somers interrogé lors du journal télévisé dominical de VTM. "Ils (la N-VA) ont une trajectoire et une histoire qui montrent qu'ils fuient leur responsabilité au niveau fédéral", a-t-il attaqué, laissant ainsi entendre en creux que seule une majorité arc-en-ciel était désormais possible. L'informateur Paul Magnette, président du PS, est attendu lundi après-midi au palais royal pour un nouveau rapport au chef de l'Etat après ses consultations avec dix partis autour d'une série de projets politiques qui pourraient fédérer des partenaires dans un prochain exécutif fédéral. Sur base des résultats des élections du 26 mai dernier, seules deux coalitions sont possibles: soit une alliance entre socialistes, libéraux et nationalistes flamands, soit un arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes) élargi au CD&V. Cette seconde éventualité ne disposerait toutefois pas d'une majorité parmi les députés flamands à la Chambre. Hormis le plaidoyer de Mathias De Clercq, bourgmestre de Gand où il a formé une majorité arc-en-ciel, l'Open Vld jugeait depuis le scrutin que PS et N-VA, vu leur poids électoral, avaient pour devoir de s'associer pour gouverner le pays. La sortie de Bart Somers semble démontrer un changement de position des libéraux flamands. "En raison de l'attitude irresponsable de la N-VA au niveau fédéral, la situation devient chaque jour un peu plus compliquée", s'est justifié Bart Somers. "Je ne peux que le déplorer. Cette attitude contraste avec leur attitude au niveau flamand ou local". Pour M. Somers, il est évident que les nationalistes flamands ne veulent pas monter dans un attelage fédéral à la lumière des déclarations de plusieurs de ses membres ces dernières semaines. Pour lui, la manière dont la N-VA se profile montre qu'elle souhaite se soustraire à ses responsabilités, et par là faire un bond en arrière dans le temps. Bart Somers rappelle ainsi la démission de la N-VA du gouvernement Michel l'an dernier, ainsi que sa non-participation à la 6e réforme de l'Etat. "Ils ne veulent pas se mouiller pour un gouvernement fédéral dont la population et les entreprises ont tant besoin"."L'Open Vld affaiblit la position de négociation de la Flandre" La N-VA a accusé dimanche l'Open Vld d'affaiblir la position de négociation de la Flandre et de renforcer en même temps celle du PS à un moment crucial des discussions après les attaques, dimanche midi, du ministre libéral Bart Somers envers elle.Pour le vice-président de la N-VA Lorin Parys, pareils propos de M. Somers sont "incompréhensibles". La N-VA se demande d'ailleurs si ceux-ci jouissent d'un vrai soutien au sein de l'Open Vld. Interrogé dimanche à la mi-journée par VTM, M. Somers avait estimé avec virulence qu'il est à présent clair que la N-VA ne souhaite nullement participer à un exécutif fédéral, semblant ainsi préconiser par élimination à la mise sur pied d'une majorité arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes), complétée par le CD&V. Et dans la Libre de samedi, la ministre libérale flamande Maggie De Block n'excluait d'ailleurs pas non plus la mise sur pied d'un arc-en-ciel au niveau fédéral. Pour Lorin Parys, les déclarations successives d'éminences Vld sont clairement "orchestrées". La semaine dernière, M. Parys avait déjà dit ne pas pouvoir croire que les libéraux flamands s'associeraient au PS ainsi qu'aux écologistes. "Si l'Open Vld dit non à un arc-en-ciel, Magnette ne pourra alors que choisir pour une alliance avec les libéraux et la N-VA", analyse M. Parys. "Notre intention est de calquer l'accord de majorité fédéral sur le flamand et mettre le cap sur le modèle des pays du nord de l'Europe. Somers, par ses déclarations, donne aujourd'hui de l'élan à Magnette et aux francophones pour nous amener vers le modèle des pays du sud de l'Eruope. Les propositions de Magnette ne sont pas bonnes pour les Flamands. Ils veulent ouvrir le robinet des dépenses et de l'endettement". Pour le vice-président de la N-VA, il est dès lors important que tous les partis "jouent la même partition dans l'intérêt des Flamands. J'espère que nous pourrons à nouveau négocier demain avec l'Open Vld sur un accord de majorité fédéral dans le droit fil de celui conclu pour la Flandre", conclut M. Parys.