En Wallonie, il y a eu 179 modifications officielles de l'enregistrement du genre sur les actes de l'état civil, tandis que 47 personnes ont entamé une telle procédure en Région bruxelloise et 295 en Flandre.

En 2020, 414 personnes avaient changé d'identité de genre, avait indiqué en mai dernier l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes sur la base des chiffres du Registre national. Il s'agissait de 205 femmes transgenres et 209 hommes transgenres. En 2019, 524 personnes (263 femmes transgenres et 261 hommes transgenres) avaient fait modifier la mention officielle de leur sexe dans le Registre national.

Depuis le 1er janvier 2018, aucune intervention médicale n'est requise pour faire modifier le F ou le M sur son acte de naissance.

975 personnes ont changé de nom de famille, 4.800 ont changé de prénom

En 2021, 975 personnes ont changé de nom de famille en Belgique, ressort-il jeudi des données du SPF Justice. C'est un peu plus qu'en 2020, lorsque 968 citoyens avaient engagé ce type de procédure. Beaucoup d'autres ont par ailleurs modifié leur prénom l'an passé.

L'année dernière, 1.524 demandes de modification ont été adressées au service Changement de nom de famille, une augmentation de 374 unités ou 32% par rapport à l'année précédente.

Au total, 753 demandes de changement de nom ont été accordées par arrêté royal. Ces requêtes concernaient 975 personnes. Dans certains cas, la demande s'applique en effet à plusieurs membres d'une même famille, dont les demandes sont alors regroupées au sein d'un seul dossier, explique le SPF Justice.

Par ailleurs, davantage de Belges ont changé de prénom. En 2021, il y a eu 4.846 actes de changement de prénom, parmi lesquels 3.332 en Flandre, 923 en Wallonie et 591 à Bruxelles.

Le SPF Justice qualifie de "complexe" l'interprétation de ces données. L'établissement d'un acte de changement de prénom n'est en effet pas nécessairement le résultat d'une demande auprès d'une commune. Cela peut également résulter d'une adoption ou de la correction d'une erreur ou encore concerner une personne étrangère.

Depuis le 1er août 2018, la procédure de changement de prénom(s) a été intégralement transférée aux communes. Si l'officier de l'état civil n'y voit aucune objection, vous pouvez - en principe - obtenir immédiatement un nouveau prénom. Auparavant, il fallait s'adresser au SPF Justice, où les temps d'attente pouvaient atteindre jusqu'à un an et demi.

En Wallonie, il y a eu 179 modifications officielles de l'enregistrement du genre sur les actes de l'état civil, tandis que 47 personnes ont entamé une telle procédure en Région bruxelloise et 295 en Flandre.En 2020, 414 personnes avaient changé d'identité de genre, avait indiqué en mai dernier l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes sur la base des chiffres du Registre national. Il s'agissait de 205 femmes transgenres et 209 hommes transgenres. En 2019, 524 personnes (263 femmes transgenres et 261 hommes transgenres) avaient fait modifier la mention officielle de leur sexe dans le Registre national. Depuis le 1er janvier 2018, aucune intervention médicale n'est requise pour faire modifier le F ou le M sur son acte de naissance.En 2021, 975 personnes ont changé de nom de famille en Belgique, ressort-il jeudi des données du SPF Justice. C'est un peu plus qu'en 2020, lorsque 968 citoyens avaient engagé ce type de procédure. Beaucoup d'autres ont par ailleurs modifié leur prénom l'an passé.L'année dernière, 1.524 demandes de modification ont été adressées au service Changement de nom de famille, une augmentation de 374 unités ou 32% par rapport à l'année précédente. Au total, 753 demandes de changement de nom ont été accordées par arrêté royal. Ces requêtes concernaient 975 personnes. Dans certains cas, la demande s'applique en effet à plusieurs membres d'une même famille, dont les demandes sont alors regroupées au sein d'un seul dossier, explique le SPF Justice. Par ailleurs, davantage de Belges ont changé de prénom. En 2021, il y a eu 4.846 actes de changement de prénom, parmi lesquels 3.332 en Flandre, 923 en Wallonie et 591 à Bruxelles. Le SPF Justice qualifie de "complexe" l'interprétation de ces données. L'établissement d'un acte de changement de prénom n'est en effet pas nécessairement le résultat d'une demande auprès d'une commune. Cela peut également résulter d'une adoption ou de la correction d'une erreur ou encore concerner une personne étrangère. Depuis le 1er août 2018, la procédure de changement de prénom(s) a été intégralement transférée aux communes. Si l'officier de l'état civil n'y voit aucune objection, vous pouvez - en principe - obtenir immédiatement un nouveau prénom. Auparavant, il fallait s'adresser au SPF Justice, où les temps d'attente pouvaient atteindre jusqu'à un an et demi.