Un ménage dépense en moyenne 35 209 euros en 2020, soit plus de 500 euros de moins que deux ans auparavant. Ce sont les chiffres de l'Office belge des statistiques Statbel que le journaliste de Knack Ewald Pironet et le journaliste de la VRT Michaël Van Droogenbroek publient dans leur nouveau livre intitulé Investeren in de eerste helft van je leven (Investir dans la première moitié de votre vie). Tous les deux ans, Statbel fournit des chiffres sur ce que nous faisons de notre argent. Ils montrent qu'une famille paie en moyenne un peu moins de 200 euros pour l'eau courante, 730 euros pour le gaz et un peu plus de 800 euros pour l'électricité. Mais il faut aussi compter en moyenne près de 40 euros par an pour les chips, environ 175 euros pour le chocolat, un bon 200 euros pour les boissons gazeuses telles que le coca, la limonade et le tonic, 150 euros pour la bière et près de 350 euros pour le vin.
...

Un ménage dépense en moyenne 35 209 euros en 2020, soit plus de 500 euros de moins que deux ans auparavant. Ce sont les chiffres de l'Office belge des statistiques Statbel que le journaliste de Knack Ewald Pironet et le journaliste de la VRT Michaël Van Droogenbroek publient dans leur nouveau livre intitulé Investeren in de eerste helft van je leven (Investir dans la première moitié de votre vie). Tous les deux ans, Statbel fournit des chiffres sur ce que nous faisons de notre argent. Ils montrent qu'une famille paie en moyenne un peu moins de 200 euros pour l'eau courante, 730 euros pour le gaz et un peu plus de 800 euros pour l'électricité. Mais il faut aussi compter en moyenne près de 40 euros par an pour les chips, environ 175 euros pour le chocolat, un bon 200 euros pour les boissons gazeuses telles que le coca, la limonade et le tonic, 150 euros pour la bière et près de 350 euros pour le vin.Les chiffres pour l'année corona 2020 qui sont disponibles aujourd'hui révèlent que nos habitudes de dépenses ont radicalement changé par rapport à l'année "normale" 2018 et aux années précédentes. Commençons par les dépenses les plus importantes : les coûts liés au logement, qui représentent environ 30 % de notre budget. Ceux-ci passent d'une moyenne de 10 837 euros en 2018 à 11 347 euros en 2020, soit une hausse de 4,7 % en deux ans. C'est un peu plus que l'augmentation de 4,2 % enregistrée entre 2016 et 2018. Et surtout, ce chiffre est trois fois supérieur à l'inflation, la hausse générale des prix, qui était de 1,6 % sur 2019 et 2020. En d'autres termes, nos coûts de logement ont augmenté beaucoup plus que le reste. Et aussi beaucoup plus que les salaires grâce au lien avec l'index.Il y a deux observations à formuler à propos de ces chiffres. Premièrement, l'augmentation des coûts du logement en 2020 est presque entièrement due à l'augmentation du loyer (fictif). Ce que nous voyons ici est donc principalement la poursuite de la hausse des prix sur le marché immobilier. Deux : les règlements des factures d'eau et d'énergie pour l'année corona 2020 ne suivront que cette année. La consommation supplémentaire probable n'est donc pas encore incluse dans ces chiffres de Statbel. L'organisation de consommateurs Test-Achats estime que l'année dernière, nous avons dépensé 240 à 360 euros de plus en eau pour la machine à café, la vaisselle, la consommation d'eau des toilettes et pour l'électricité du PC, de l'écran d'ordinateur, de l'imprimante et de l'éclairage du bureau, etc., simplement parce que nous étions plus souvent à la maison. Sur base de ces estimations prudentes, les ménages dépenseront en moyenne 11 650 euros en frais de logement en 2020, soit environ 7,5 % de plus qu'en 2018. C'est déjà presque cinq fois le taux d'inflation de cette période.Costumes et chaussures Dans d'autres domaines également, des changements majeurs sont intervenus dans la structure des dépenses au cours de l'année corona 2020. Parfois on dépensait beaucoup plus, parfois beaucoup moins. Prenons le deuxième poste de dépenses le plus important : celui de l'alimentation et des boissons non alcoolisées, qui représente 14 % de nos dépenses. En moyenne, nous avons dépensé environ 5 600 euros par ménage pour l'achat de nourriture et de boissons non alcoolisées en 2020, soit une augmentation de pas moins de 12% par rapport à 2018. Nous avons dépensé 6 % de plus pour le pain et les produits céréaliers, 10% de plus pour les fruits, 10% de plus pour le lait, 12% de plus pour la viande, 15% de plus pour le poisson et les crustacés, 23% de plus pour le café, 26% de plus pour les légumes. En bref, la nourriture et les boissons ont pris une part beaucoup plus importante de notre budget en 2020.En même temps, bien sûr, nous avions moins accès aux restaurants et aux cafés, qui étaient fermés pendant de longues périodes ou devaient répondre à des conditions sanitaires strictes. Alors qu'en 2018, un ménage dépensait encore en moyenne 2 350 euros dans les restaurants et autres autres établissements horeca, en 2020, ce chiffre était tombé à 1 550 euros, soit une baisse d'un tiers. Nous avons dépensé beaucoup plus en plats à emporter ou en repas livrés à domicile : un ménage a dépensé en moyenne un peu plus de 200 euros en 2020. C'est plus de trois fois plus qu'il y a deux ans.Si nous pouvions et avons effectivement moins fréquenté les cafés, nos achats de boissons alcoolisées ont augmenté de 10% en moyenne, pour atteindre 600 euros par ménage. Nous avons dépensé 7% de plus en vin que l'année dernière, 13% de plus en bière, 18% de plus en liqueurs et spiritueux et même trois fois plus qu'en 2018 en sodas contenant de l'alcool.Ce qui est très frappant, c'est que nous avons dépensé beaucoup moins d'argent pour les vêtements : seulement 900 euros par ménage, soit une diminution de près de 30%. Environ 230 euros ont été dépensés pour des vêtements pour hommes, soit quelque 30% de moins que deux ans auparavant. Les ménages ont dépensé presque deux fois en vêtements féminins qu'en vêtements masculins, soit un peu plus de 450 euros. Mais il s'agit là aussi d'une baisse de près de 35% par rapport à 2018. Les hommes ont dépensé 38% de moins pour les pantalons, moitié moins pour les chemises et même 71% de moins pour les costumes. Les femmes ont dépensé 27% de moins pour les pantalons, 27% de moins pour les robes, 39% de moins pour les chemisiers et 22% de moins pour les soutien-gorge. En moyenne, les hommes ont dépensé un peu moins de 100 euros par ménage en chaussures (moins 8%) et les femmes 130 euros (moins 15%).Un crash culturelCe n'est un secret pour personne que le secteur des loisirs et de la culture a beaucoup souffert lors de l'année coronavirus 2020. Aujourd'hui, on le voit noir sur blanc grâce aux chiffres de Statbel. Ainsi, on a consacré beaucoup moins d'argent aux loisirs : seulement 220 euros en moyenne par ménage, soit moins 24 %. La famille moyenne a dépensé moins de 200 euros pour le sport et les loisirs, soit une baisse de 36 %. Au cinéma, au théâtre et aux concerts, on a dépensé moins de 40 euros en moyenne, soit une baisse pouvant aller jusqu'à 70 % par rapport à 2018. Cependant, on a dépensé 35% de plus pour les abonnements à la télévision payante, pour les chaînes supplémentaires et, par exemple, Netflix.En 2020, nous sommes restés chez nous en masse, et les frais de déplacement ont donc également plongé. Les dépenses liées aux voyages en avion ont été réduites de 60 %, les dépenses liées aux vacances tout compris ont chuté de plus de la moitié, tout comme les dépenses liées aux hôtels. Les dépenses consacrées aux campings et aux parcs de vacances ont également diminué de près d'un quart. Pour l'achat de voitures en 2020, on a dépensé 8 % de moins que deux ans plus tôt, pour les carburants (diesel, essence, autogaz...) et les lubrifiants 30 % de moins - sans doute une conséquence des devoirs et blocages obligatoires. Pour tout ce qui concerne le vélo, en revanche, les dépenses des ménages ont augmenté de 63 %.Et comme étions davantage à la maison, nous avons dépensé plus d'argent pour, par exemple, de nouveaux meubles (presque 30 % de plus), des textiles de maison comme des rideaux et du linge de lit (plus 20 %) et des articles de jardin, des fleurs et des plantes (plus 16 %). On constate également une augmentation notable des dépenses pour des articles tels que les aspirateurs (multipliés par trois), les radiateurs et les climatiseurs (plus du double), ce qui est certainement lié au fait d'être plus souvent à la maison et au télétravail.Il est clair que le coronavirus a profondément bouleversé nos habitudes de consommation. La question est donc de savoir ce qui se passera dans les prochaines années, lorsque la pandémie sera terminée. Il y aura certainement à nouveau plus de dépenses dans les restaurants et les pubs. Mais allons-nous dépenser moins pour les boissons alcoolisées, ou cela va-t-il continuer à augmenter ? Les plats à emporter vont-ils disparaître de nos vies ? Dépenserons-nous à nouveau plus pour les vêtements et les chaussures ? Nous connaîtrons la réponse en 2023, lorsque Statbel aura traité les chiffres de 2022.