Le 20 février dernier, le Watermael-Boitsfortois récoltait 65,9 % des suffrages des militants réformateurs pour succéder à la présidence de la régionale bruxelloise du MR à Didier Reynders, contre 33,6...

Le 20 février dernier, le Watermael-Boitsfortois récoltait 65,9 % des suffrages des militants réformateurs pour succéder à la présidence de la régionale bruxelloise du MR à Didier Reynders, contre 33,6 % à son principal rival, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès (photo ci-dessous). L'écart est grand, mais certaines ficelles sont grosses : sur les 1 163 libéraux bruxellois à avoir participé au scrutin présidentiel, 412, absents, l'ont fait par procuration, soit plus d'un tiers. Enorme, quand bien même l'organisation de l'élection - en semaine et sur un seul bureau de vote - n'allait pas favoriser la mobilisation physique. Assez énorme que pour avoir été décisif ? " Non, mais les gars de Leisterh en ont beaucoup plus ramené que ceux de Dilliès, ce qui a artificiellement augmenté l'écart ", répond un parlementaire bleu, qui se réjouit d'une participation plus forte, procurations ou pas : " A la dernière élection de Didier, il n'y avait que 400 votants, procurations ou pas ". C'est déjà ça.