"J'attends que les choses bougent", a déclaré avant la réunion Alain Decerf, administrateur PS. "On veut des éclaircissements car nous sommes toujours dans le vague", a-t-il pointé.

Depuis la révélation en septembre de la vente par Nethys de plusieurs de ses filiales sans que sa maison-mère Enodia n'eut été informée, de multiples rebondissements, qui ont notamment marqué la fin de l'ère Stéphane Moreau, se sont produits. Le conseil d'administration et le comité directeur de Nethys ont été entièrement renouvelés, la présidente d'Enodia Muriel Targnion a démissionné et Ardentia a renoncé à l'acquisition de Win et Elicio. Mais plusieurs questions restent en suspens, notamment la vente de Voo au fonds d'investissement américain Providence et les indemnités de licenciement qui auraient été versées à l'ancien management de Nethys.

Les administrateurs attendent dès lors des informations mercredi soir sur ces deux points. "En ce qui concerne les indemnités, cela m'étonnerait que la légalité n'ait pas été respectée, je ne peux en tout cas pas le concevoir autrement", a confié Alain Decerf, administrateur PS, soulignant qu'il s'agissait là d'un "sentiment personnel".

Le CA de mercredi se penchera également sur le plan stratégique 2020-2023 de l'intercommunale. Il devait normalement se dérouler le 14 novembre mais le plan doit être envoyé aux communes 30 jours avant l'assemblée générale qui se tient le 18 décembre, a expliqué Julien Vandeburie (Ecolo). Se voir le 14 novembre aurait dès lors été trop tard car au vu des récents événements, Nethys ne dispose pas de son plan stratégique, a-t-il détaillé. "Nous devons nous mettre rapidement autour de la table pour en discuter, c'est important de redonner" une vision à l'intercommunale, a abondé Laura Crapanzano (PS).

L'administrateur Ecolo demandera qu'un plan stratégique provisoire uniquement soit proposé et qu'une AG extraordinaire soit convoquée en 2020 lors de laquelle un plan définitif sera approuvé.

La question de la nouvelle présidence d'Enodia n'est pas à l'ordre du jour mais certains espèrent qu'elle sera tout de même abordée, ne serait-ce que pour désigner une présidence faisant fonction en attendant l'assemblée générale d'Enodia le 18 décembre. "C'est un poste important et il faut bien réfléchir. Les règles sont bien faites et en l'absence de présidence, c'est l'administrateur le plus âgé qui préside les séances. Le travail du CA n'est donc pas entravé", a cependant tempéré Laura Crapanzano, citée par certains comme l'éventuelle future présidente d'Enodia.

Pour Damien Robert (PTB), la désignation d'une nouvelle présidence importe peu, ce qu'il exige est d'empêcher les "privatisations de Voo, Elicio et Win".