La Commission a publié ce jour son analyse des projets nationaux des 28 États membres de l'UE afin de s'assurer que ceux-ci sont en phase avec les objectifs fixés pour l'Union dans son ensemble à l'horizon 2030.

Dans son rapport sur la Belgique, l'exécutif européen appelle notamment le pays à se montrer plus ambitieux en matière d'efficacité énergétique en réduisant sa consommation d'énergie finale, mais aussi à revoir à la hausse son objectif concernant les énergies renouvelables, portant leur part de 18,3% à "au moins 25%".

Sur ce dernier point, Mme Marghem a rappelé que le fédéral avait doublé lors de cette législature la capacité de l'éolien en mer du Nord. "Nous avons prévu de la doubler une nouvelle fois pour la porter à 4GW d'ici 2030", a souligné la ministre. "Nous allons voir avec notre administration ce que nous pouvons encore faire de plus au fédéral. Les entités régionales devront aussi répondre pour que nous puissions arriver à 25%" de renouvelables, a-t-elle précisé.

Alors que la Commission demande également à la Belgique de "compléter les informations sur les politiques et mesures nécessaires pour atteindre une réduction d'émission dans les secteurs non-industriels de 35% en 2030 comparé à 2005", Mme Marghem rappelle que les Régions sont en première ligne sur ces questions, tout en ajoutant qu'un "effort colossal peut être fait dans le domaine de l'efficacité énergétique", en particulier des bâtiments et des transports.

La ministre fédéral, qui entend poursuivre de "façon volontariste et pugnace" les discussions avec les entités régionales, a précisé qu'elle se battrait "bec et ongles" pour que le texte final du PNEC démontre "une intégration des efforts vers un but commun".

Le plan définitif de la Belgique devra être remis avant la fin de l'année à la Commission européenne.