"La commission sur la lutte contre le terrorisme a voté de nombreuses nouvelles initiatives et continuera à soutenir les bonnes propositions législatives. Il s'avère cependant parfois que l'on a totalement négligé certains dangers potentiels par le passé. Nous devons donc tout recommencer à partir d'une feuille blanche", déplore le président de la commission.

Oussama Atar a été libéré de sa prison irakienne en 2012 en raison de son état de santé après deux années de mobilisation de sa famille, d'Amnesty International et de certains représentants politiques belges.

Koen Metsu estime aujourd'hui que cette libération est hallucinante. "Des politiciens belges ont laissé un dangereux terroriste être libéré. Les personnes qui ont effectué un choix aussi irresponsable il y a dix ans, devront personnellement répondre de leurs actes. Je compte bien faire toute la lumière là-dessus."