La Chancellerie du Premier ministre et d'autres organes stratégiques sensibles, comme la Sûreté de l'Etat, sont concernés par cette opération dont la Belgique a décidé de s'occuper elle-même, ne faisant pas non plus appel à une société privée.

Le parquet fédéral avait confirmé jeudi qu'après les Affaires étrangères, c'était le système informatique du SPF Economie qui avait été touché au début de l'année par un virus espion extrêmement complexe.

L'administration des Affaires économiques est chargée du dossier du remplacement des F-16, dont les retombées économiques sont estimées à plusieurs milliards d'euros pour les différentes sociétés candidates, écrit le quotidien économique, qui s'interroge sur la raison de ce piratage.

La Chancellerie du Premier ministre et d'autres organes stratégiques sensibles, comme la Sûreté de l'Etat, sont concernés par cette opération dont la Belgique a décidé de s'occuper elle-même, ne faisant pas non plus appel à une société privée. Le parquet fédéral avait confirmé jeudi qu'après les Affaires étrangères, c'était le système informatique du SPF Economie qui avait été touché au début de l'année par un virus espion extrêmement complexe. L'administration des Affaires économiques est chargée du dossier du remplacement des F-16, dont les retombées économiques sont estimées à plusieurs milliards d'euros pour les différentes sociétés candidates, écrit le quotidien économique, qui s'interroge sur la raison de ce piratage.