Le 21 mai 1995, De Crem est élu à la Chambre. Malgré la défaite électorale encaissée par le CD&V au sommet de la crise de la dioxine, le chrétien-démocrate parvient à sauver son siège en 1999.

En 2003, il prend la tête du CD&V à la Chambre. Très vite, il se transforme en leader de l'opposition, notamment en mettant son prédécesseur, André Flahaut (PS) sur le grill. Après de très pénibles négociations, le CD&V refait son entrée dans la coalition fédérale fin 2007. Fort de près de 100.000 voix de préférence, De Crem est nommé ministre de la Défense par le gouvernement intérimaire Verhofstadt III, un poste qu'il garde sous Leterme I, Van Rompuy I, Leterme II et Di Rupo I.

Decrem a utilisé ses années à la Défense pour redessiner l'armée belge. Ainsi il a réduit les effectifs de l'armée de 42.000 à 34.000 personnes.

Avec Belga

Le 21 mai 1995, De Crem est élu à la Chambre. Malgré la défaite électorale encaissée par le CD&V au sommet de la crise de la dioxine, le chrétien-démocrate parvient à sauver son siège en 1999. En 2003, il prend la tête du CD&V à la Chambre. Très vite, il se transforme en leader de l'opposition, notamment en mettant son prédécesseur, André Flahaut (PS) sur le grill. Après de très pénibles négociations, le CD&V refait son entrée dans la coalition fédérale fin 2007. Fort de près de 100.000 voix de préférence, De Crem est nommé ministre de la Défense par le gouvernement intérimaire Verhofstadt III, un poste qu'il garde sous Leterme I, Van Rompuy I, Leterme II et Di Rupo I.Decrem a utilisé ses années à la Défense pour redessiner l'armée belge. Ainsi il a réduit les effectifs de l'armée de 42.000 à 34.000 personnes. Avec Belga