Dans ce cadre, une réforme du fonctionnement du statut et des missions des agents de liaison scientifique et des agents de liaison académique et culturelle est sur la table. Elle devrait être adoptée dans les premiers mois de l'année prochaine.

Wallonie-Bruxelles International (WBI), l'agence chargée de la politique extérieure commune de la Wallonie, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Cocof, compte pour l'instant six agents de liaison scientifique à travers le monde. Leurs missions: promouvoir et faciliter la collaboration entre les acteurs de recherche et de l'innovation; oeuvrer en faveur de la mobilité des chercheurs ou encore organiser une veille stratégique sur des projets potentiels qui pourraient intéresser des opérateurs économiques des pays où ils sont présents (Brésil, Suisse, Allemagne, Suède, Canada et Etats-Unis).

Parallèlement, 11 agents de liaison académique et culturelle sont également sur le terrain, principalement en Europe de l'Est, en Chine et en Afrique du Sud, afin de promouvoir la diversité des opérateurs académiques et culturels francophones belges. "Notre volonté, c'est d'avoir, à l'avenir, une unité plus forte entre ces agents, via un statut unifié et une redéfinition des missions de chacun avec un focus sur le scientifique", a expliqué Pierre-Yves Jeholet.

Leur nombre sera-t-il revu à la hausse? "Ca dépendra des budgets", a-t-il ajouté. Quant à savoir si un agent sera affecté aux Emirats Arabes Unis, ce qui n'est pas le cas actuellement, "c'est encore trop tôt pour le dire", a indiqué le ministre-président.

Dans ce cadre, une réforme du fonctionnement du statut et des missions des agents de liaison scientifique et des agents de liaison académique et culturelle est sur la table. Elle devrait être adoptée dans les premiers mois de l'année prochaine. Wallonie-Bruxelles International (WBI), l'agence chargée de la politique extérieure commune de la Wallonie, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Cocof, compte pour l'instant six agents de liaison scientifique à travers le monde. Leurs missions: promouvoir et faciliter la collaboration entre les acteurs de recherche et de l'innovation; oeuvrer en faveur de la mobilité des chercheurs ou encore organiser une veille stratégique sur des projets potentiels qui pourraient intéresser des opérateurs économiques des pays où ils sont présents (Brésil, Suisse, Allemagne, Suède, Canada et Etats-Unis). Parallèlement, 11 agents de liaison académique et culturelle sont également sur le terrain, principalement en Europe de l'Est, en Chine et en Afrique du Sud, afin de promouvoir la diversité des opérateurs académiques et culturels francophones belges. "Notre volonté, c'est d'avoir, à l'avenir, une unité plus forte entre ces agents, via un statut unifié et une redéfinition des missions de chacun avec un focus sur le scientifique", a expliqué Pierre-Yves Jeholet. Leur nombre sera-t-il revu à la hausse? "Ca dépendra des budgets", a-t-il ajouté. Quant à savoir si un agent sera affecté aux Emirats Arabes Unis, ce qui n'est pas le cas actuellement, "c'est encore trop tôt pour le dire", a indiqué le ministre-président.